• Louise Honée et Charlotte Mano, lauréates 2020 du Prix HSBC pour la Photographie
    par Costanza Spina le 25 février 2020 à 19:01

    Le prix HSBC présente ses lauréates 2020 : Louise Honée et Charlotte Mano. (Photo d’ouverture : © Louise Honée) Le Prix HSBC pour la Photographie fête ses 25 ans en 2020. 25 ans d’une histoire qui a vu naître nombre de talents, devenus pour certains reconnus sur la scène artistique internationale : Valérie Belin, Noémie Cet article Louise Honée et Charlotte Mano, lauréates 2020 du Prix HSBC pour la Photographie est apparu en premier sur Lense.

  • Sony FE 20 mm f/1,8 G : une nouvelle focale fixe ultra grand-angle pour les hybrides plein...
    par Jean-Nicolas Lehec le 25 février 2020 à 17:01

    Sony continue d’enrichir son catalogue d’optiques pour ses hybrides plein format. Le constructeur japonais vient de dévoiler une nouvelle optique Sony FE 20 mm f/1,8 G. Avec son ouverture lumineuse à f/1,8 et sa longueur focale de 20 mm, elle se montre très polyvalente et incarne à ce jour la focale fixe la plus large de la monture E. Retour sur ses principales caractéristiques.© 2020 Phototrend.fr - Sony FE 20 mm f/1,8 G : une nouvelle focale fixe ultra grand-angle pour les hybrides plein format Sony

  • Sony SEL 20 mm f/1,8 G : premier test
    par Jean-Marie Sépulchre le 25 février 2020 à 15:03

    Sony a annoncé ce jour la commercialisation en mars de son nouvel objectif grand-angle très lumineux en monture E au format 24 x 36, le 20 mm f/1,8 G. Nous avons eu la chance de pouvoir le prendre en main quelques jours avant cette annonce et nous avons même bénéficié d'un rayon de soleil pour le confronter à notre test de briques en plus du test de mire. Sony diffuse trois gammes en monture E, les optiques de base, les hauts de gamme G, et les très hauts de gamme GM, mais l'on dispose aussi (...) - Matériel / objectif, test objectif, Sony, Sony SEL 20 mm f/1,8 G

  • Kolude KD-K1 : un clavier, un lecteur de cartes, un hub USB, et un peu plus
    par Paul Nicoue le 25 février 2020 à 14:19

    Développé par la société chinoise Kolude et faisant actuellement appel au financement participatif sur Kickstarter, le KD-K1 est un clavier en aluminium qui intègre un lecteur de cartes, un hub USB et quelques autres connectiques utiles. Conçu pour être utilisé conjointement à un ultrabook – ou tout autre ordinateur portable relativement pauvre en connectiques –, Cet article Kolude KD-K1 : un clavier, un lecteur de cartes, un hub USB, et un peu plus est apparu en premier sur Lense.

  • Topaz Labs : les mises à jour gratuites à vie, c’est fini
    par Florent Taillandier le 25 février 2020 à 13:05

    Dans un message posté sur les forums de Topaz Labs, le PDG de Topaz Labs Eric Yang annonce la fin des mises à jour gratuites. Cette spécificité était pourtant un des arguments forts de l’entreprise concernant ses produits. Topaz Labs est l’entreprise derrière des produits comme Gigapixel AI, Mask AI, Sharpen AI, et d’autres logiciels Cet article Topaz Labs : les mises à jour gratuites à vie, c’est fini est apparu en premier sur Lense.

  • La beauté fragile de nos mers dans le concours Ocean Art
    par Costanza Spina le 25 février 2020 à 10:45

    Le concours Ocean Art met en avant les plus belles photos sous-marines de 2019 et nous encourage à la prise de conscience : entre beauté et drame, ces animaux et environnements océaniques incarnent notre rapport à la mer et ce qui décidément il est temps de révolutionner. (Photo d’ouverture : © 1st Place, Wide Angle Cet article La beauté fragile de nos mers dans le concours Ocean Art est apparu en premier sur Lense.

  • Elinchrom ELC 125 et ELC 500 : deux nouveaux flash studio compacts
    par Jean-Nicolas Lehec le 25 février 2020 à 10:34

    La marque suisse Elinchrom vient d’annoncer deux nouveaux flashs de studio compacts, nommés Elinchrom ELC 125 et ELC 500. Tous deux reposent sur une base technique commune mais se distinguent par leur puissance. Retour sur leurs principales caractéristiques.© 2020 Phototrend.fr - Elinchrom ELC 125 et ELC 500 : deux nouveaux flash studio compacts

  • Realme X50 Pro 5G : des caractéristiques audacieuses
    par Fred Delavie le 25 février 2020 à 10:00

    En dépit de l’annulation du MWC certains constructeurs organisent des évènements ou retransmettent leur conférence de presse en direct sur Youtube. C’est le cas de la jeune marque chinoise Realme qui vient de présenter à l’Europe son Realme X50 Pro 5G. Un smartphone ambitieux qui devient le premier tueur de haut de gamme de l’année. Cet article Realme X50 Pro 5G : des caractéristiques audacieuses est apparu en premier sur Lense.

  • Photoshop : trentième anniversaire
    par LAURENT KATZ le 25 février 2020 à 09:33

    C'est en 1990 que la version 1 a pointé le bout de son nez, sans savoir que des années plus tard, le néologisme « photoshoper » consacrerait le plus médiatisé des logiciels de retouche, capable de bien d'autres prouesses en imagerie. Avec sa version 1, Photoshop était un logiciel fluet, aux capacités bien faibles au regard de son champ fonctionnel actuel qui s'est ouvert à la conversion Raw, au photomontage, à la photo panoramique, au dessin, à l'imagerie scientifique, à la retouche vidéo et à la 3D. (...) - Matériel / Adobe, Photoshop, Lightroom mobile, Adobe Max, Lightroom CC, Photoshop iPad

  • The Last Photo Project : et si vous partagiez votre dernière photo prise avec votre...
    par Chloé Delestre le 25 février 2020 à 08:43

    Avec The Last Photo Project, le réalisateur Ivan Cash a arpenté pendant deux ans des grandes villes à la rencontre des passants pour leur demander de dévoiler leur dernière photo et l’histoire qui l’accompagne. Une plongée dans l’intimité et le quotidien d'anonymes à travers les États-Unis et l'Angleterre.© 2020 Phototrend.fr - The Last Photo Project : et si vous partagiez votre dernière photo prise avec votre smartphone ?

  • Lomography Simple Use Film Camera : l’appareil photo jetable est toujours là
    par Florent Taillandier le 25 février 2020 à 08:08

    Lomography lance l’appareil Simple Use Film Caméra en version Metropolis. Comme les autres appareils “jetable” Lomography, il diffère des appareils jetables habituels en étant réutilisable. Lomography enrichit sa gamme Simple Use Film Caméra. Ce concept d’appareil jetable et rechargeable reprend les caractéristiques de base d’un appareil jetable. Mais il ajoute des spécificités qui en font Cet article Lomography Simple Use Film Camera : l’appareil photo jetable est toujours là est apparu en premier sur Lense.

  • Moment : un adaptateur smartphone pour filtres circulaires
    par Damien Roué le 25 février 2020 à 07:44

    Après avoir débuté avec des objectifs pour smartphone, l’équipe de Moment lance un nouvel accessoire qui devrait permettre de réutiliser vos filtres circulaires – ou leurs derniers filtres ND variables – sur votre smartphone. Doté d’un diamètre de 67 mm, cet adaptateur est compatible avec de nombreux smartphones, y compris les derniers iPhone 11 Pro.© 2020 Phototrend.fr - Moment : un adaptateur smartphone pour filtres circulaires

  • Quel mode pour la photo sport ? S ?
    par Damien le 25 février 2020 à 06:21

    Sur le blog Sony, j’ai partagé avec vous la configuration pour le sport à adopter pour les hybrides Sony. Le Mode S est censé être le mode le plus performant … L’article Quel mode pour la photo sport ? S ? est apparu en premier sur Le blog photo.

  • Comparatif Nikon D780 vs D850 : lequel choisir ?
    par Jean-Christophe Dichant le 24 février 2020 à 18:12

    Ce comparatif  Nikon D780 vs D850 vous permet de visualiser très vite les différences techniques entre les deux boîtiers plein... Cliquez ici pour lire la suite de l'article Comparatif Nikon D780 vs D850 : lequel choisir ? et ici pour lire des articles similaires : Nikon Passion.

  • Hors-série Fisheye : Sebastião Salgado
    par Cassandre Thomas le 24 février 2020 à 16:27

    Fisheye lance une nouvelle collection de hors-séries : les Classics. Sa mission : mettre en lumière les grands noms du 8e art. Le premier numéro se consacre à l’humaniste Sebastião Salgado. Un hors-série est à retrouver à la Fisheye Gallery, sur la boutique en ligne, et à Lyon dans le cadre de l’exposition GENESIS. (Image d’ouverture Cet article Hors-série Fisheye : Sebastião Salgado est apparu en premier sur Lense.

  • Les appels à candidature de mars pour préparer l’arrivée du printemps
    par Laure Etienne le 24 février 2020 à 16:19

    Résidence BMW, Prix ISEM, Prix Caritas... La sélection d'appels à candidature de Polka.

  • Sony Xperia 1 II : un peu plus proche des hybrides Alpha
    par Paul Nicoue le 24 février 2020 à 13:10

    Avec le Xperia 1 II, Sony Mobile mise plus que jamais sur les liens technologiques entre ses smartphones et les appareils photo de la gamme Alpha. Mode rafale à 20 i/s avec suivi AF, technologie Real Time Eye AF, optiques Zeiss et réglages manuels sont ainsi de la partie. APN principal : priorité à la Cet article Sony Xperia 1 II : un peu plus proche des hybrides Alpha est apparu en premier sur Lense.

  • Topaz Labs annonce la fin des mises à jour gratuites de ses applications
    par Jean-Nicolas Lehec le 24 février 2020 à 11:52

    Connu pour fournir gratuitement les mises à jour de ses applications, l’éditeur américain Topaz vient d’annoncer son intention de changer son fusil d’épaule. Selon une récente déclaration de son CEO, Eric Yang, les futures mises à jour des applications telles que Gigapixel AI, DeNoise AI (et bien d’autres encore) seront désormais payantes.© 2020 Phototrend.fr - Topaz Labs annonce la fin des mises à jour gratuites de ses applications

  • Netgear Meural Canvas II
    par Daniel Pascoal le 24 février 2020 à 11:00

    Meural Canvas se présente avant tout comme une « toile » numérique connectée. Un cadre qui se destine donc à l’affichage des images. Si le service associé fait la part belle aux peintures, la photo n’est pas oubliée. Une opportunité qui nous a immédiatement séduit ! Voici notre retour d’expérience du Netgear Meural Canvas II. Lense participe chaque Cet article Netgear Meural Canvas II est apparu en premier sur Lense.

  • Instagram pourrait arriver sur l’iPad… mais pas tout de suite
    par Jean-Nicolas Lehec le 24 février 2020 à 09:56

    Malgré son indéniable popularité, Instagram ne propose toujours pas d’application dédiée à l’iPad. Toutefois, Adam Mosseri, CEO d’Instagram, a récemment indiqué que l’entreprise serait prête à se pencher sur ce sujet… mais pas à brève échéance. © 2020 Phototrend.fr - Instagram pourrait arriver sur l’iPad… mais pas tout de suite

  • Sigma MC-31 : l’adaptateur de Sigma pour la vidéo officialisé
    par Florent Taillandier le 24 février 2020 à 09:54

    Les adaptateurs MC 11 et MC 21 ne sont plus les seuls adaptateurs de monture Sigma au catalogue. Un troisième modèle est officialisé, le MC-31. Il est conçu pour la vidéo avec objectifs en monture PL, et appareils en monture L-Mount. L’adaptateur MC-31 de Sigma a été annoncé il y a déjà quelques temps, et Cet article Sigma MC-31 : l’adaptateur de Sigma pour la vidéo officialisé est apparu en premier sur Lense.

  • Omniprésence ou absence urbaine, face à face entre les photographes Lucie Jean et Alexis...
    par Julie Poncet le 24 février 2020 à 09:15

    Partout l’Homme marque l’environnement de son empreinte. C’est sous l’angle de l’habitat que les photographes Lucie Jean et Alexis Paoli ont exploré chacun de leur côté ces marqueurs qu...

  • Prix Picto de la mode 2020 : jusqu'au 29 mars
    par Sandrine Dippa le 24 février 2020 à 07:19

    Avis aux photographes de moins de 35 ans ! Le prix Picto de la Mode vient de lancer son appel à candidatures. Le concours se poursuit jusqu'au 29 mars. Picto Foundation lance la vingt-deuxième édition du Prix Picto de la Mode ! Le concours, dont le jury est cette année présidé par Bettina Rheims, est ouvert aux photographes de moins de 35 ans jusqu'au 29 mars 2020. Cette année, le prix inaugure le Prix Filippo Roversi avec en dotation un tirage de collection et un workshop avec Paolo Roversi. (...) - Image / Prix Picto de la Mode, concours , concours photo

  • Sunday Links
    par Damien Roué le 23 février 2020 à 18:55

    Chaque semaine, découvrez les liens que nous partageons avec vous dans les Sunday Links.© 2020 Phototrend.fr - Sunday Links

  • La SECTE de la règle des tiers
    par Pascale Sadoul le 23 février 2020 à 17:00

    La règle des tiers est une secte. Rien n'indique que ce soit le début de commencement d'une règle, et pourtant vous en avez déjà entendu parler. Vous la respectez même sans doute. Sortez de votre endoctrinement grâce à cette vidéo.  [accordions] [accordion title="Cliquez ici pour afficher/masquer la transcription complète" headingtype="p"] Vous êtes dans une secte, et vous ne le savez pas. Si vous avez commencé à apprendre la photo depuis plus de 10 minutes, vous avez déjà dû entendre parler de la règle des tiers. Elle consiste à placer les sujets importants de l’image sur les lignes qui la découpent en tiers, ou à leurs intersections. Elle est censée permettre de “réaliser facilement des photos avec une composition équilibrée”, “avoir une image plus forte”, “rendre les images immédiatement plus intéressantes”, faire repousser les cheveux et ramener l’être aimé. Elle puiserait ses sources dans les tableaux de la Renaissance, dans les architectes de l’Antiquité, voire dans la nature, on ne sait pas trop. Posez la question autour de vous, personne ne saura vous l’expliquer. C’est comme une histoire que l’on se répète d’oreille en oreille dans une caverne, sans que personne ne soit sorti vérifier si elle était vraie. Vous avez été endoctriné pour y croire, mais rien de tout ça n’existe. Avant de vous montrer pourquoi, voyons d’abord comment on en est arrivés là. La règle des tiers a été pour la première fois posée sur le papier en 1797 dans le livre “Remarques sur le paysage rural” de John Thomas Smith, un dessinateur, graveur et antiquaire anglais, qui a ensuite travaillé comme gardien des estampes au British Museum. J’insiste : avant 1797, personne n’a entendu parler de règle des tiers. C’est bien ça qu’il faut comprendre. Léonard de Vinci est né et a vécu avant, il n’a jamais entendu parler de ce sujet de son vivant. Comme tous les peintres de la Renaissance d’ailleurs, on y reviendra. Dans son livre donc, en étendant le raisonnement que Sir Joshua Reynolds, un autre peintre anglais, avait appliqué aux couleurs (et non aux proportions de l’image), Smith écrit : “De manière analogue à cette “règle des tiers”, j’ai présumé penser que, dans le cadre de la connexion ou de la rupture des différentes lignes d’une image, ce serait également une bonne règle de le faire, en général, dans des proportions similaires : par exemple, dans le croquis d’un paysage, de placer le ciel environ aux deux tiers.” Voilà donc d’où vient cette fameuse règle des tiers, dont vous avez entendu parler tant de fois : un dessinateur du 18e siècle a présumé penser que ces proportions étaient idéales. C’est tout. Et il le dit lui-même, c’est dans le texte original, ce n’est pas mon avis. L’auteur présume. Point. Mais après tout, même si cette idée semble complètement sortie de son chapeau, peut-être avait-il raison ? Comme on entend souvent que c’est une règle issue de la peinture, regardons donc tout d’abord les œuvres des plus grands peintres de l’histoire, et voyons si cette règle s’applique. Véronèse, non. Botticelli, pas du tout.   D’autres prétendent que la règle des tiers est une simplification du nombre d’or, et par extension du rectangle d’or, qui est basé sur ce ratio. C’est un nombre égal à (1 + √5) / 2, ce qui fait environ 1,61, et la légende dit que c’est un nombre magique, présent partout dans les proportions de la nature, que l’œil humain trouve naturellement harmonieux, qui a été utilisé par les architectes de l’Antiquité pour construire les pyramides ou le Parthénon, et utilisé par de nombreux grands artistes comme De Vinci et Botticelli dans leurs œuvres. Sauf qu’il n’y a… AUCUNE preuve de tout ça. Je sais que c’est difficile à intégrer tant on vous l’a répété, mais on vous a menti. Ou plutôt, on vous a répété quelque chose sans vérifier si c’était vrai. Le Parthénon n’a pas été spécialement construit par rapport à ces proportions. En choisissant bien les points du monument, et en dessinant des lignes assez épaisses sur la photo (qui feraient 3 mètres d’épaisseur dans la réalité), on peut faire rentrer au forceps le monument dans le rectangle d’or, mais ça s’arrête là. Difficile d’imaginer que les ingénieurs grecs, qui étaient très précis, auraient appliqué le nombre d’or “à peu près” s’ils avaient voulu le faire précisément. D’autant plus qu’ils étaient capables de surélever des parties du monument de quelques centimètres afin de donner une impression de verticalité par illusion d’optique. Les pyramides non plus n’ont strictement rien à voir avec le nombre d’or. Quant au corps humain, c’est la même chose : si on choisit bien les endroits importants (de manière complètement arbitraire), qu’on prend un modèle qui nous arrange (tous les humains n’étant pas exactement proportionnés de la même façon), et qu’on dessine des lignes assez épaisses, on finit par trouver quelque chose qui s’en rapproche. En y croyant très fort, on peut finir par le voir. Idem pour la coquille du nautile, dont la spirale ne correspond pas au nombre d’or, contrairement à la légende. Le nombre d’or est donc un mythe, mais ça ne répond quand même pas à notre question : Est-ce que la règle des tiers ou le nombre d’or sont plus plaisants à nos yeux ? Eh bien, une étude publiée en 2014, a prouvé qu’il n’y avait pas de corrélation entre le respect de la règle des tiers et à quel point les gens trouvaient une image esthétique. Il n’y a donc aucune raison rationnelle d’utiliser la règle des tiers pour construire vos photographies. Et d’ailleurs, ce qu’on a vérifié en peinture s’applique aussi aux artistes photographes. Faisons simple, et voyons avec les œuvres les plus connues de certains des plus grands photographes de l’histoire. Ansel Adams pour commencer, qui semble ne faire aucun cas de la règle des tiers, puisque littéralement rien n’est aligné avec. Henri Cartier-Bresson ensuite : sur cette première image, on peut considérer que le vélo est sur une intersection (même si on peut se demander pourquoi c’est le haut de la roue arrière qui la coupe, et pas la tête du personnage). Le reste de l’image ne colle pas du tout par contre. Quant à cette seconde photo, il n’y a littéralement rien sur les intersections, et pourtant, elle fonctionne mystérieusement ! Et pourtant, c’est une des plus connues de l’artiste. Et chez Joel Meyerowitz, c’est la même chose : si on peut considérer que l’homme est aligné sur cette première photo (même si on se demande pourquoi ce n’est pas fait au centre de son corps, voire entre les deux personnes), celle-ci ne colle pas du tout, malgré les nombreuses lignes horizontales et verticales qui auraient été parfaites pour ça. Bref, vous l’aurez compris : la règle des tiers ne semble pas du tout influencer la composition des artistes photographes. De plus, aucun grand photographe n'en parle dans ses écrits : Man Ray, Sebastiao Salgado et Joel Meyerowitz n'en parlent pas dans leurs autobiographies, Cartier-Bresson & Doisneau non plus dans leurs interviews, et Mary Ellen Mark, Stephen Shore, Alex Webb & Rebecca Norris, ou Todd Hido n'en parlent pas dans leurs livres chez Aperture, qui sont pourtant des COURS de photographie. Vous pouvez vérifier, je mets les références des livres en description. Cela dit, il faut bien reconnaître une chose : on retrouve énormément la règle des tiers dans la photo commerciale, ou dans la photo amateur qui s’en inspire. Si je cherche sur Google “photographe de mariage” (en anglais pour ne pas me faire d’ennemis), je retrouve la règle des tiers sur la plupart des images. Si je cherche “photographe de paysage”, c’est la même chose. Et évidemment, si je cherche les hashtags correspondants sur Instagram, la règle des tiers est omniprésente.     À ce stade, vous sentez sans doute un problème : la règle des tiers ou le nombre d’or ne se retrouvent nulle part, ni dans la nature, ni dans l’art, que ce soit dans l’architecture antique, les peintures de la Renaissance, ou chez les artistes photographes reconnus. Pourtant, on la retrouve partout dans la photographie commerciale et amateur. Pourquoi ? Eh bien, c’est une combinaison de plusieurs phénomènes. 1. Tout d’abord, il est très facile de coller la règle des tiers partout et tout le temps. En effet, en étant un peu souple, elle s’applique quasiment sur toutes les photos. Premièrement parce que n’importe quel sujet qui prend une bonne partie de l’image sera presque toujours sur une ligne des tiers, à moins de l’avoir volontairement centré (mais dans ce cas, c’est parce qu’on a “pris la règle à contrepied”). Évidemment, il faut s’arranger un peu avec la réalité, mais après tout, tant que la ligne des tiers est à peu près dessus, on peut considérer que c’est bon. En tout cas, si on veut y croire. En réalité, les lignes de tiers sont donc plutôt... épaisses. Si vous rajoutez à ça que le nombre d’or fonctionne aussi, ça commence à faire des lignes très épaisses, et une bonne partie de l’image sur laquelle on peut plus ou moins calquer cette soi-disant règle. Et d’ailleurs, en allant voir les dernières images sur des sites populaires comme Flickr, vous allez voir que je peux appliquer ces grosses lignes à n’importe quelle photo. En plus de ça, il y a souvent suffisamment d’éléments sur une photo pour pouvoir mettre sa grille des tiers dessus, et habilement décréter que les éléments situés sur la ligne ou l’intersection sont importants. Pourquoi l’œil droit plutôt que l’œil gauche ? Pourquoi pas le point entre les deux yeux ? Ou le nez ? Mystère. Par contre, si vous oubliez la grille, et commencez par dessiner des lignes sur les sujets les plus évidents, vous réalisez rapidement que c’est beaucoup plus difficile de faire rentrer un rond dans un carré.   2. En plus de cette facilité, il existe évidemment un phénomène de prophétie autoréalisatrice : à force de le dire partout, la majorité des gens suivent ce conseil, et font des photos qui collent à la règle des tiers. Les suivants regardent les photos sur les réseaux sociaux, constatent qu’elles y correspondent, et en déduisent consciemment et inconsciemment qu’il faut la suivre. À force de le dire, ça devient vrai, d’autant plus qu’on peut maintenant afficher une grille des tiers sur son appareil photo ou dans Lightroom, pour être bien sûr de rentrer dans la case.   3. La troisième raison pour laquelle on la voit partout, c’est que la plupart des amateurs de photographie ont des horizons visuels qui se limitent à la photographie sur internet : les réseaux sociaux photographiques comme Instagram, Flickr ou 500px. Les forums et groupes Facebook de photographie sont un peu le Grand Temple de la secte, tant la règle des tiers y est respectée comme une loi divine et sacrée. Si vous avez l’audace d’y prétendre que la règle n’existe pas, c’est que vous n’y connaissez rien, que vous avez mal compris, ou que vous êtes aveugle. Évidemment, quel hérétique ne verrait pas que ces grosses lignes des tiers bien épaisses correspondent bien sûr à toutes les photos ? (pour peu qu’on plisse un peu les yeux et qu’on ignore le fait qu’aucun grand photographe n’en a jamais parlé) [caption id="attachment_13110" align="aligncenter" width="822"] Harry Gruyaert photographe[/caption]   [caption id="attachment_13111" align="aligncenter" width="365"] cocktail, W. Eggleston[/caption]   Si vous ne le voyez pas, c’est sans doute que vous êtes un mécréant, ou que vous n’avez pas encore vu la lumière, et c’est donc une très bonne excuse pour casser les débutants qui ne la respectent pas, et se créer une autorité. [caption id="attachment_13112" align="aligncenter" width="822"] W. Eggleston[/caption]   Quand on élargit ses horizons à l’art photographique à travers des livres et des expositions, on ne peut s’empêcher de constater l’absence criante de règle des tiers dans les œuvres présentées, et que la réalité semble contredire la Règle des Tiers Sacrée. [caption id="attachment_13113" align="aligncenter" width="843"] W. Eggleston[/caption]   Au-delà de ça, l’omniprésence de la règle des tiers dans les conseils de composition est synonyme d’un phénomène plus profond : la sur-simplification des conseils sur la construction d’une image. La réalité, c’est que la composition est un sujet infiniment complexe qui ne peut pas s’apprendre en l’espace d’une vidéo YouTube. Mais la règle des tiers a un avantage : elle est facile à retenir, elle est rassurante, et elle évite de penser à quelque chose de plus complexe comme l’équilibre des masses dans l’image, et d’accepter qu’on a encore beaucoup à apprendre. Nous avons tous envie de savoir vite et bien, c’est humain. Mais en vérité, en photographie comme dans tous les arts, ça ne fonctionne pas comme ça. Il faut du temps et du travail pour commencer à saisir la complexité du langage photographique, et à le parler à peu près correctement. J’ai conscience que tout ceci ne vous rassure pas : vous avez envie d’y croire, car c’est une lecture simple et rassurante du monde photographique. Mais est-ce que vous préférez rester dans le monde des bisounours, ou accepter la réalité ? C’est à vous de le décider… Les livres évoqués : Man Ray, Autoportrait : https://amzn.to/3c2WUpo Sebastião Salgado, De ma terre à la Terre : https://amzn.to/2SQ9Req Joel Meyerowitz, Rétrospection : https://amzn.to/2PhAKWB Stephen Shore, Leçon de photographie : https://amzn.to/3c0Cld6 Alex Webb and Rebecca Norris Webb on Street Photography and the Poetic Image : https://amzn.to/2VfwMRY Todd Hido on landscapes interiors and nudes : https://amzn.to/2Vf9EDo Mary Ellen Mark on the Portrait and the moment : https://amzn.to/2Pgzy5J [/accordion] [/accordions] L’article La SECTE de la règle des tiers est apparu en premier sur Apprendre la photo, le blog photo.

  • Oumar Ly, photographe de Podor
    par Nadia Trujillo le 22 février 2020 à 07:35

    Présentée dans le cadre de la saison Africa 2020, l'exposition de la galerie lyonnaise Regard Sud « Oumar Ly, Portraits de brousse et de studio » rend hommage à l'œuvre du photographe sénégalais Oumar Ly qui laisse en héritage un témoignage unique de sa région entre le début des années 1960 et la fin des années 1970. Fils d'un marabout également commerçant, le jeune Oumar Ly découvre la photographie lorsqu'un inconnu le prend en photo alors qu'il vend des légumes aux militaires français installés à Podor au (...) - Image

  • Quand Photoshop dépasse les frontières de l’imagination
    par Chloé Delestre le 21 février 2020 à 10:08

    Qui n'a jamais voulu corriger un défaut disgracieux, améliorer le décor ou soigner son apparence sur une photo pour se présenter sous un jour favorable? De nombreux internautes se tournent vers l’artiste James Fridman, passé maître dans l'art de la retouche photo, afin de lui demander de sublimer leurs clichés. Submergé par les requêtes, l'artiste a décidé de les détourner pour donner lieu à des montages humoristiques et surprenants.© 2020 Phototrend.fr - Quand Photoshop dépasse les frontières de l’imagination

  • Le portrait et ses interprétations : Cindy Sherman exposée à la Fondation Louis Vuitton
    par Jodie Wtulich le 21 février 2020 à 09:53

    Dans le cadre de la rétrospective de l'oeuvre de Cindy Sherman — réputée pour ses auto-portraits déroutants — la Fondation Louis Vuitton s’apprête à accueillir une exposition retraçant le parcours de la photographe américaine de ses débuts en 1975 à aujourd'hui. Avec des photographies récentes dont certaines inédites. C'est sa première exposition en France depuis 14 ans.© 2020 Phototrend.fr - Le portrait et ses interprétations : Cindy Sherman exposée à la Fondation Louis Vuitton

  • Concours Affinity Photo : plus de 11h de cours en vidéo sur Tuto.com à gagner
    par Jean-Nicolas Lehec le 21 février 2020 à 09:50

    En ce début d’année 2019, Phototrend vous propose un nouveau concours autour d’Affinity Photo avec la plateforme de formation Tuto.com.. Disponible pour Mac et Windows, le logiciel s’est construit une solide réputation et constitue aujourd’hui l’une des meilleures solutions de retouche photo avancée. Participez dès maintenant et tentez de gagner une formation vidéo complète à Affinity Photo proposée par Tuto.com. © 2020 Phototrend.fr - Concours Affinity Photo : plus de 11h de cours en vidéo sur Tuto.com à gagner

  • Nikon Z6 et Z7 : mise à jour en mode majeur
    par Benjamin Favier le 21 février 2020 à 08:31

    Le firmware des deux hybrides plein format passe en version 3.00. Il apporte des améliorations attendues au niveau de l'autofocus. Ainsi que la prise en charge des cartes CFexpress. Il y a un peu plus d'un an, Nikon annonçait plusieurs mises à jour de firmware à venir pour ses hybrides à optiques interchangeables sans miroir en monture Z. Nous avions évoqué les bienfaits de la version 2.00, mise à disposition des possesseurs de Z6 et Z7. Entre-temps, un micrologiciel 2.10 rendait les deux boîtiers (...) - Matériel / firmware, Nikon, Nikon Z6, Nikon Z7, Nikon Z50

  • La photographie humaniste selon Jean-Philippe Charbonnier au Pavillon Populaire de Montpellier
    par Julie Poncet le 21 février 2020 à 08:09

    Jean-Philippe Charbonnier est sûrement l’un des photographes de l’école humaniste de Paris le moins connu. C’est d’ailleurs loin de la capitale qu’il constitue son œuvre : véritabl...

  • Photokina 2020 – Quelques nouvelles
    par David Lesage le 21 février 2020 à 08:00

    Nous vous invitons à prendre quelques minutes pour lire cette réflexion menée par les organisateur de la Photokina, dont le prochain salon aura lieu à partir du 27 mai 2020. L’article Photokina 2020 – Quelques nouvelles est apparu en premier sur Revue Photo.

  • Les paradis perdus des centres commerciaux américains
    par Laure Etienne le 21 février 2020 à 06:00

    “The Decline of Mall Civilzation”, une plongée nostalgique dans les temples de la consommation.

  • Tamron : un rapport financier dévoile 5 nouvelles optiques pour 2020
    par Damien Roué le 20 février 2020 à 15:13

    Lors de son rapport financier pour l’année 2019, Tamron en a profité pour rappeler la roadmap d’optiques lancées récemment, ainsi que les optiques à venir pour 2020. Et ce n’est pas moins de 5 objectifs qui seront lancés par l’opticien en 2020.© 2020 Phototrend.fr - Tamron : un rapport financier dévoile 5 nouvelles optiques pour 2020

  • Pools : les piscines vues d’en haut par Stephan Zirwes
    par Jodie Wtulich le 20 février 2020 à 09:02

    Dans ses vues aériennes shootées en Allemagne et à travers l'Europe, Stephan Zirwes revisite l'aspect des piscines municipales devenues le motif central de ses compositions architecturales.© 2020 Phototrend.fr - Pools : les piscines vues d’en haut par Stephan Zirwes

  • Canon Selphy Square QX10 : impression au carré
    par Sandrine Dippa le 20 février 2020 à 08:51

    La gamme d'imprimantes nomades de Canon s'agrandit en accueillant la Selphy QX10. Le modèle inaugure le papier XS-20L, du fabricant, au format carré. Chez Canon, les solutions d'impression à partir d'un téléphone (ou autre périphérique) ne manquent pas. En 2018, notamment, le fabricant nippon lançait la Zoemini, une imprimante Bluetooth tournant sous Zink. Avant ça, les amateurs d'impression pouvaient aussi compter sur la Selphy CP 1300, annoncée en 2017, une imprimante au format 10 x 15 cm dont (...) - Matériel / Selphy Square QX10, Canon

  • Magic Plate, un plateau rapide qui permet de basculer facilement du mode portrait au mode...
    par Céline Nebor le 20 février 2020 à 08:40

    Magic Plate est une plaque de dégagement rapide qui fait actuellement l'objet d'une campagne de financement participatif sur Kickstarter. Il ne s'agit pas d'une simple plaque, puisque l'accessoire est amovible et permet ainsi de basculer en un tour de main du mode paysage au mode portrait, sans avoir à toucher aux réglages du trépied.© 2020 Phototrend.fr - Magic Plate, un plateau rapide qui permet de basculer facilement du mode portrait au mode paysage

  • Colères
    par Elisa Mignot le 20 février 2020 à 06:00

    L’éditorial d’Alain Genestar dans Polka#49.

  • Choisir un logiciel de retouche photo : gratuit ou payant ? Lightroom, Photoshop, … ?
    par Laurent Breillat le 19 février 2020 à 19:59

    Un peu comme la question du matériel, celle-ci revient souvent : que faut-il choisir comme logiciel pour retoucher ses photos et les sublimer ? Quelles différences entre eux, les gratuits sont-ils crédibles, si oui lesquels, et Photoshop est-il un outil indispensable à mon arsenal de photographe ? Ce sont des questions légitimes, car quand on y connaît rien et que l'offre est pléthorique, autant dire que c'est un véritable labyrinthe pour choisir le bon logiciel, et décider si on souhaite payer ou pas. Notez que j'utilise le terme « retouche » de manière très générique dans le titre, dans le sens de « toute modification qu'on fait sur l'image », mais que dans la pratique je préfère distinguer le développement de la retouche photo proprement dite. Mais j'en reparle plus bas 🙂 Je vais vous donner des noms rapidement, mais avant ça il faut définir nos besoins : de quoi a-t-on réellement besoin comme outils en tant que photographe ? Avant tout de 2 outils indispensables, et éventuellement d'un troisième facultatif. Ça va déterminer quels programmes sont nécessaires et comment les choisir. 3 types de fonction pour le photographe Le développement RAW C'est LA fonction principale dont vous avez besoin en tant que photographe : pouvoir développer vos fichiers RAW dans un logiciel. Quand je dis développer, j'insiste sur le terme : il s'agit ici de réglages qui s'appliquent en général globalement à l'image, et sont assez subtils et simples à mettre en place, en bougeant simplement quelques curseurs : ajuster la balance des blancs, le contraste, la saturation, les couleurs, jouer sur la netteté et diminuer le bruit. Il s'agit donc ici de sublimer son image en lui donnant le peps nécessaire qu'on n'arrive pas à avoir en JPEG, mais pas de faire des modifications lourdes, comme supprimer certains éléments d'une image. Le tri, le classement et le catalogage Quand on fait de la photo avec passion, et surtout en numérique, on se retrouve rapidement avec beaucoup de photos. Vraiment beaucoup. Pour retrouver les meilleures et ne pas passer 2 heures à réunir le best of de ses dernières photos de vacances (parce que Tatie Jeannine se lasse au bout de 15 photos, et à la centième elle dort déjà :D), il faut adopter un système pratique qui permette de s'en sortir. À mon sens, il doit être capable de faire plusieurs choses : Afficher simplement et en grille les photos selon le dossier dans lesquelles vous les avez classées. Les trier selon plusieurs critères pertinents (date, matériel utilisé, données EXIF c'est-à-dire l'ouverture, la vitesse, les ISO et d'autres choses, etc.). Faire un premier tri parmi les photos : celles assez bonnes pour être travaillées (développées), et celles qui ne le sont pas assez. Noter les photos suffisamment finement pour retrouver les meilleures en quelques secondes. Leur attribuer des mots-clés pour retrouver aisément des photos qui vous intéressent Ça peut vous paraître anodin maintenant, surtout si vous commencez, mais ça devient très rapidement indispensable, et je vous conseille de commencer dès que possible à faire ça, sinon vous allez vous retrouver avec des dizaines de milliers de photos à trier d'un coup. La retouche locale Je fais bien la distinction avec le développement, et volontairement, car on utilise pas forcément les mêmes outils pour ça : la retouche locale consiste à modifier seulement une partie de l'image. Elle a plusieurs niveaux : on peut simplement retoucher différemment des zones de l'image, ou à l'inverse passer 3 heures à retoucher un par un les cheveux sur une photo de portrait. Avec tous les intermédiaires possibles évidemment 🙂 Dans la majorité des situations et pour un usage amateur, vous n'aurez que peu ou pas besoin de faire de la retouche locale. À mon sens, voici les principales choses que vous aurez besoin de faire parfois (pas tout le temps) : appliquer des réglages différents à 2 zones de l'image, typiquement le ciel et le sol par exemple mettre en valeur un sujet en lui appliquant des réglages différents (en termes de luminosité notamment) retoucher quelques détails gênants : enlever des poussières sur le capteur, dissimuler quelques boutons, éliminer un élément gênant (un câble électrique) faire quelques retouches beauté : illuminer les yeux, blanchir les dents, adoucir un peu la peau Et c'est à peu près tout ce dont vous aurez besoin dans votre pratique photo quotidienne, pour la majorité d'entre vous. Faut-il 3 logiciels ? En lisant ça, vous pourriez craindre que 3 logiciels soient nécessaires en tant que photographe, chacun pour sa fonction. En réalité, ces fonctions sont parfois regroupées dans un seul logiciel, ce qui permet de réduire le travail, de simplifier les choses et de ne pas jongler entre plusieurs outils différents, chacun avec leurs codes. Seulement voilà, en général plus c'est pratique, plus c'est demandé, plus c'est cher 🙂 N'espérez pas trouver de solution tout-en-un gratuitement. Mais rassurez-vous, l'espoir n'est pas perdu 🙂 Lightroom, le meilleur logiciel de retouche photo : le tout-en-un idéal pour le photographe Vous en avez sans doute déjà entendu parler : Adobe Lightroom Classic (c'est son nom complet) est un logiciel très connu pour les photographes. Je ne vais sans doute pas vous étonner si vous me suivez un peu : pour moi, c'est LA solution idéale pour les photographes. En effet, il inclut absolument tout dans un seul logiciel fiable et performant. Autrement dit, au sein du même logiciel, vous pouvez à la fois trier vos photos, les développer, faire un peu de retouche locale si besoin, et à la fin cataloguer vos images avec des notes, des mots-clés, et même les exporter directement depuis le logiciel vers votre galerie en ligne préférée (Flickr, Facebook, 500px, etc.). Regardez par exemple ce que je peux faire entièrement dans Lightroom sur une photo animalière : L'ensemble de ces étapes est ce qu'on appelle le flux de travail. Pouvoir l'effectuer intégralement au sein du même logiciel est pour moi très précieux, et c'est pour ça que je recommande vivement Lightroom si vous êtes prêts à investir. Lightroom gère très bien tout ça grâce à ce qu'on appelle son catalogue. C'est un outil qui fait souvent peur aux débutants, mais j'ai écrit un guide complet du débutant pour le catalogue du Lightroom que je vous invite à consulter en cliquant ici : ça devrait vous convaincre de son utilité 😉 Bref, il fait tout, très bien, il est ergonomique et bien pensé, bref je ne vois pas de raison de ne pas l'adopter. Le seul hic, c'est qu'il est bien évidemment payant. Son prix est de 12€/mois avec le Creative Cloud Photographie (qui inclue Photoshop, que j'évoque plus bas). Vous pouvez l'essayer gratuitement pendant 1 mois sur le site d'Adobe, ce qui vous permet d'être sûr que vous avez bien envie de mettre cette somme 🙂 [button icon="misc_icons32 icon32_13" icon_align="left" title="Cliquez ici pour vous abonner au Creative Cloud Photo" size="large" url="http://ap7.fr/lrcc" target="_blank"] Un autre avantage d'utiliser le même logiciel que tout le monde, c'est que vous allez trouver des tonnes de tutoriels et vidéos explicatives sur le logiciel, ce qui aidera d'autant plus sa prise en main. Il est compatible Windows et Mac, mais malheureusement pas Linux. ATTENTION : il ne faut pas le confondre avec Adobe Lightroom tout court, qui lui est un logiciel beaucoup plus léger et limité, puisqu'il est à l'origine une adaptation pour ordinateur de l'application Lightroom Mobile. Je sais, ce n'est pas très facile à suivre, et donner deux noms proches à des logiciels différents n'est pas très malin... Retenez juste que le logiciel complet, c'est Lightroom CLASSIC 😉 Les logiciels de retouche photo payants Si vous ne voulez pas adopter Lightroom pour une raison extravagante (par exemple si le patron d'Adobe a coupé votre main au sabre laser et que vous lui en voulez un peu :D), mais que vous êtes quand même prêt à dépenser pour un logiciel, voici quelques alternatives pour les 3 fonctions dont nous avons besoin. Tout ce que je vous cite ici sont des alternatives crédibles (= de bons logiciels avec un bon rapport qualité/prix). Je ne m'attarderai pas longuement sur chacune, car le but de cet article est de fournir une solution simple à la question du choix du logiciel, pas de vous embrouiller en faisant un panorama complet des logiciels existants. Précision : si certains logiciels ne sont pas présents, comme par exemple Digital Photo Professionnal (Canon) ou Silkypix, c'est parce que je ne les juge pas assez avancés pour un faire un travail de post-traitement un peu poussé. Je ne parlerai pas non plus d'Aperture, qui a été abandonné par Apple, ni de Nikon Capture NX 2, qui a été abandonné et remplacé par un logiciel moins complet, Capture NX-D. Les logiciels de développement RAW Pour ce qui est du développement RAW, il existe de nombreuses alternatives payantes crédibles. DXO PhotoLab DXO PhotoLab (anciennement DXO Optics Pro), notamment, est un excellent logiciel, particulièrement performant dans la correction des défauts optiques (distorsion, aberrations chromatiques, etc.), mais aussi en ce qui concerne le bruit et la netteté. DXO a également racheté la technologie des U points qui permet une retouche locale assez différente et intuitive, et les plugins de la Nik Collection qui permettent une approche différente du noir et blanc par exemple. Par contre, il ne propose pas de tri et catalogage avancé malheureusement. Il est proposé à 150€ environ en édition Elite et est compatible Windows et Mac. [button icon="misc_icons32 icon32_13" icon_align="left" title="Cliquez ici pour acheter DXO PhotoLab Elite" size="large" url="https://amzn.to/2m8qKzN" target="_blank"] Capture One Capture One est un logiciel qui a beaucoup monté en popularité ces dernières années, et propose d'excellentes possibilités pour le développement photo. Beaucoup disent qu'il est même meilleur que Lightroom là-dessus, même si personnellement je n'ai pas vu de différence assez importante pour justifier de me passer de l'excellent catalogage de Lightroom (bien que Capture One inclue cette fonction). Il propose également de travailler par calques, comme on pourrait le faire dans Photoshop. Ca offre plus de possibilités, mais ce n'est pas toujours un avantage, car ça peut compliquer les choses, surtout en débutant. De plus, le logiciel coûte quand même 279€, ce n'est pas rien à dépenser d'un coup ! Vous avez cependant 30 jours d'essai gratuit pour vous faire une idée et décider si vous le préférez à Lightroom, et vous pouvez choisir de payer par abonnement 20€/mois. Compatible Windows et Mac. [button icon="misc_icons32 icon32_13" icon_align="left" title="Cliquez ici pour essayer Capture One" size="large" url="https://www.phaseone.com/fr-FR/Download.aspx" target="_blank"] Les logiciels de tri des photos, classement et catalogage Photo Mechanic PhotoMechanic est un logiciel beaucoup utilisé par les pros qui ont besoin de faire le tri dans de nombreuses photos pour des clients (photographes de portrait, de mariage, etc.). Il est effectivement très performant pour ça, mais il coûte 150$ et est uniquement en anglais. Par contre il s'intègre parfaitement avec Lightroom. Donc pour l'amateur c'est sans doute un peu cher juste pour ça, mais disons que si vous allez vous professionnaliser, ça peut valoir le coup : 30 jours d'essai gratuits vous décideront ! 🙂 [button icon="misc_icons32 icon32_13" icon_align="left" title="Cliquez ici pour essayer Photo Mechanic" size="large" url="http://www.camerabits.com/" target="_blank"] ACDSee Photo Studio Standard Pour le tri, vous aurez besoin d'un logiciel dédié si vous décidez d'utiliser un développeur RAW qui ne fait pas cette fonction. La solution payante la plus adaptée est ACDSee (compatible Windows et Mac, en cherchant bien), qui va très loin dans les possibilités, mais peut-être même trop loin 🙂 La version Professional propose également des outils de développement et de retouche, mais pas aussi avancés que les outils proposés avant. Il est proposé à 69€. [button icon="misc_icons32 icon32_13" icon_align="left" title="Cliquez ici pour acheter ACD See Photo Studio Standard" size="large" url="https://www.acdsee.com/fr/products/photo-studio-standard" target="_blank"] Les logiciels de retouche locale Pour la retouche locale, c'est là que l'achat d'un logiciel dédié peut éventuellement se justifier. Si vous utilisez Lightroom, vous n'en aurez sans doute pas besoin, sauf si vous voulez faire de la retouche très lourde. Le roi de la jungle est évidemment Photoshop, maître incontesté du domaine. Il dépasse largement les fonctions dont a besoin un photographe, et vous l'utiliserez sans doute à 10 % de ses capacités (ce qui est déjà énorme). Il est maintenant disponible seulement à l'abonnement mensuel (ce qui a fait grincer pas mal de dents, à raison), pour 37€/mois. Il y a encore une offre qui peut être intéressante : Photoshop et Lightroom pour 12€/mois. Là déjà, ça vaut plus le coup ! [button icon="misc_icons32 icon32_13" icon_align="left" title="Cliquez ici pour vous abonner à Lightroom et Photoshop" size="large" url="http://ap7.fr/lrcc" target="_blank"] Plus modeste, le petit frère de Photoshop, Photoshop Elements, permet de bonnes possibilités de retouche également, pour un prix plus modeste : 90 à 100€. Cela dit il est beaucoup plus axé sur le grand public que sur le photographe amateur "sérieux". Il est compatible Windows et Mac, et inclut la possibilité de développer des fichiers RAW (grâce au module Camera RAW). Il a également un module pour organiser ses photos, qui reste cependant en retrait par rapport à Lightroom. [button icon="misc_icons32 icon32_13" icon_align="left" title="Cliquez ici pour acheter Photoshop Elements" size="large" url="https://amzn.to/2ub9PkJ" target="_blank"] Un concurrent se détache depuis quelques temps : Affinity Photo. Les critiques sont très bonnes, et il permet aussi de retoucher ses RAW. On pourrait penser que l'idée d'un logiciel qui fait à la fois développement RAW et retouche locale complète à la Photoshop puisse être bonne, mais je ne suis pas sûr que ce soit une si bonne idée, dans la mesure où l'usage de la retouche locale est quand même super limitée. Quand on voit l'ergonomie de Photoshop pour les photographes, personnellement je préfère rester sur un logiciel conçu pour les photographes plutôt que les retoucheurs. Son gros avantage reste son prix : seulement 55€ ! (avec une version d'essai gratuite pour vous faire une idée) [button icon="misc_icons32 icon32_13" icon_align="left" title="Cliquez ici pour acheter ou essayer Affinity Photo" size="large" url="https://affinity.serif.com/fr/photo/" target="_blank"] Les logiciels de retouche photo gratuits Évidemment, pour certains payer pour un logiciel n'est pas envisageable, et heureusement il existe des solutions gratuites crédibles. On me pose souvent la question : est-ce qu'elles sont aussi bien que les logiciels payants ? Le plus souvent, non : il n'y a pas de secret, on en a toujours pour son argent. Ce qui ne veut pas dire qu'on ne puisse pas obtenir de bons résultats avec ces logiciels. Simplement, ils ont forcément plus de faiblesses. Le développement RAW RawTherapee En termes de logiciel de développement RAW, je conseille clairement RawTherapee : il est multi-plate-formes (Windows, Mac et Linux), assez ergonomique et bien pensé, et délivre des résultats satisfaisants. Il n'est pas exempt de défauts non plus : le bruit est plus présent que chez ses concurrents payants, l'interface est un chouilla complexe par endroits (il faut juste ignorer les fonctions compliquées pour se concentrer sur l'essentiel), et il n'est pas très rapide. Malgré ça, ça reste une excellente alternative gratuite, très bien pour commencer le post-traitement. [button icon="misc_icons32 icon32_13" icon_align="left" title="Cliquez ici pour télécharger RawTherapee" size="large" url="http://rawtherapee.com/downloads" target="_blank"] DarkTable Je ne l'ai pas testé personnellement, mais on m'en a dit tellement de bien que je suis obligé de le citer ici : il s'agit du logiciel DarkTable. Apparemment il faut un petit temps pour le prendre en main mais il a beaucoup de fonctionnalités utiles. Il existe maintenant une version Windows, même si j'ai cru comprendre qu'elle avait encore quelques bugs vu sa jeunesse. Les versions Mac et Linux ne posent pas de souci par contre 🙂 Le tri, le classement et catalogage La particularité des logiciels de développement gratuit est qu'ils ne proposent pas de fonction de catalogage du tout, ce qui oblige à utiliser un logiciel alternatif. Xn View MP Le meilleur, et que je vous conseille les yeux fermés, c'est XnView MP : il est compatible multi plate-formes (Windows, Mac et Linux), propose toutes les fonctions dont vous aurez besoin, bref, si vous voulez un choix qui ne demande pas de réflexion, c'est XnView MP qu'il faut choisir. [button icon="misc_icons32 icon32_13" icon_align="left" title="Cliquez ici pour télécharger XnView MP" size="large" url="https://www.xnview.com/fr/xnviewmp/" target="_blank"] Solutions plus simples : Google et Apple Photos Il existe également des solutions plus simples (un peu trop pour le photographe sérieux je trouve, mais gratuites et mieux que rien pour commencer) : Google Photos, et le logiciel Photos d'Apple si vous travaillez sous Mac. La retouche locale Enfin, si vous souhaitez faire des retouches locales (enlever les yeux rouges, adoucir la peau, etc.), il y a un grand gagnant dans les gratuits : GIMP. Il est un peu moins simple ergonomiquement au premier abord, bien qu'il ait fait de gros progrès récemment, mais au final les fonctions restent similaires à Photoshop : calques, masques de fusion, et différents outils somme toute très classiques. Il a l'avantage d'être assez populaire pour avoir beaucoup de tutoriels ou de vidéos dispos sur le net pour maîtriser l'outil. D'autant plus qu'il est assez complet, et que vous en utiliserez 10 %. (Ne vous laissez pas arrêter par le site en anglais, le logiciel est traduit en français.) [button icon="misc_icons32 icon32_13" icon_align="left" title="Cliquez ici pour télécharger GIMP" size="large" url="http://www.gimp.org/downloads/" target="_blank"] Que penser des logiciels de retouche photo en ligne ? Nous sommes maintenant dans les années 2020, et il est légitime de se poser la question : est-ce qu'aujourd'hui, les logiciels de retouche photo en ligne sont crédibles pour le photographe ? Evidemment, si vous souhaitez seulement faire quelques retouches de contraste ou de luminosité, aujourd'hui n'importe quelle application web ou smartphone un peu connue (comme Snapseed ou Canva par exemple) est capable de vous donner des résultats satisfaisants. Mais soyons honnêtes : si vous avez tapé "meilleur logiciel de retouche photo" dans votre moteur de recherche, c'est sans doute que vous recherchez quelque chose de plus avancé, non ? Ces applications ne sont pas mauvaises en soit, mais elles sont conçues pour le grand public : elles ne gèrent en général pas les fichiers RAW, et encore moins le tri et le catalogage de votre grande bibliothèque de photos. Ce n'est donc pas vraiment une solution adaptée pour nous, mais ce sera parfait pour conseiller à vos amis qui veulent simplement retoucher un peu leurs photos rapidement sur leur téléphone. Et si vous voulez faire ça, notez que Lightroom possède une application mobile qui fait ça très bien et pourra même se synchroniser avec votre ordinateur ! Voilà, j'espère que cet article vous aura aidé à vous y repérer dans les différents logiciels et leurs fonctions. Ce n'est pas si compliqué, il suffit d'avoir le bon outil pour les bonnes choses. Il existe des solutions adaptées à toutes les préférences et toutes les bourses, mais si je devais finir par un conseil, c'est de tester ! Les logiciels payants proposent en général une version d'essai de 15 ou 30 jours, qui vous permet de vous faire une idée et de savoir si vous voulez dépenser pour vous payer le logiciel ou non. Mais attention, si vous testez un logiciel excellent, vous aurez du mal à vous en passer après ! 🙂 Et n'oubliez pas de partager l'article ! 🙂 L’article Choisir un logiciel de retouche photo : gratuit ou payant ? Lightroom, Photoshop, … ? est apparu en premier sur Apprendre la photo, le blog photo.

  • Photoshop fête ses 30 ans et reçoit une nouvelle mise à jour pour Mac, PC et iPad
    par Jean-Nicolas Lehec le 19 février 2020 à 15:46

    Photoshop fête aujourd’hui ses 30 ans. Bien peu de logiciels peuvent se vanter d’une telle longévité, mais aussi d’un tel impact sur la culture populaire. Pour continuer de s’adapter aux besoins de ses utilisateurs, Photoshop vient de recevoir une nouvelle mise à jour, aussi bien sur ordinateur que sur iPad. Petit tour d’horizon de ses principales nouveautés.© 2020 Phototrend.fr - Photoshop fête ses 30 ans et reçoit une nouvelle mise à jour pour Mac, PC et iPad

  • Mise à jour firmware 3.00 pour Nikon Z 6 et Z 7 et 1.10 pour Nikon Z 50 : nouveau suivi AF,...
    par Jean-Christophe Dichant le 19 février 2020 à 15:17

    Nikon rend disponible depuis quelques heures la mise à jour firmware 3.00 pour Nikon Z 6 et Z 7 et... Cliquez ici pour lire la suite de l'article Mise à jour firmware 3.00 pour Nikon Z 6 et Z 7 et 1.10 pour Nikon Z 50 : nouveau suivi AF, Eye-AF animaux et autres améliorations et ici pour lire des articles similaires : Nikon Passion.

  • Festival Phot'Aix 2020 : concours ouvert
    par Sandrine Dippa le 19 février 2020 à 09:52

    La prochaine édition du festival Phot'Aix se déroulera du 1er au 31 octobre à Aix-en-Provence. L'appel à candidatures visant à dénicher les talents qui y seront exposés est ouvert ! Depuis 20 ans, l'association la Fontaine Obscure met en lumière le travail de photographes contemporains avec Phot'Aix et deux événements : Regards Croisés et Parcours. Le premier vise à croiser le regard de cinq photographes étrangers avec ceux de photographes résidant en France tandis que le second propose des parcours (...) - Image / concours , concours photo

  • Appel à candidatures Prix Caritas : lumière sur la photographie sociale
    par Jodie Wtulich le 19 février 2020 à 09:10

    Un nouveau concours de photographie sociale s'apprête à voir le jour. Organisé par la Fondation Caritas France, il vise à récompenser et à soutenir les photographes qui travaillent autour de thèmes liés à la lutte contre la pauvreté, la précarité et l'exclusion en France. Débuté le 04 février, l'appel à candidature se poursuit jusqu'au 22 mars 2020.© 2020 Phototrend.fr - Appel à candidatures Prix Caritas : lumière sur la photographie sociale

  • Limoges Expo Photo #12
    par David Lesage le 19 février 2020 à 08:00

    Du samedi 29 février au dimanche 15 mars 2020, les photographes de Photolim87 présentent la 12e édition de leur exposition annuelle à la Cité des Métiers et des Arts, musée de Compagnons et des Meilleurs Ouvriers de France à Limoges L’article Limoges Expo Photo #12 est apparu en premier sur Revue Photo.

  • Bruce Gilden: “La rue a toujours été mon élément”
    par Elisa Mignot le 19 février 2020 à 06:00

    “Dans ‘Lost and Found’, on redécouvre ce New York qui n’existe plus depuis la gentrification.”