• Xiaomi Mi Note 10 : 5 capteurs photo et 108 millions de pixels
    par Jean-Nicolas Lehec le 12 novembre 2019 à 15:49

    Écran géant de 6,47 pouces, batterie grande capacité mais surtout 5 capteurs photo centrés autour d'un module de 108 Mpx : le Xiaomi Mi Note 10 arbore des caractéristiques techniques impressionnantes pour séduire les photographes mobiles. © 2019 Phototrend.fr - Xiaomi Mi Note 10 : 5 capteurs photo et 108 millions de pixels

  • Ces photos questionnent notre vision de la masculinité
    par Costanza Spina le 12 novembre 2019 à 13:10

    A travers ces photographies, les plus grands photographes des dernières décennies questionnent la masculinité, jouent avec et la réinventent. Exposition jusqu’au 17 Mai 2020 à la Barbican Gallery de Londres. (Photo d’ouverture : © Sunil Gupta) Dans la continuité de #metoo et de la troisième vague féministe qui anime les débats médiatiques, la Barbican Gallery Cet article Ces photos questionnent notre vision de la masculinité est apparu en premier sur Lense.

  • Sigma 24-70 mm f/2,8 DG DN Art : un nouveau zoom pour hybrides 24×36
    par Paul Nicoue le 12 novembre 2019 à 12:58

    Quelques mois après l’annonce d’un 14-24 mm f/2,8, Sigma présente son deuxième zoom à ouverture constante pour boîtiers hybrides 24×36 : le 24-70 mm f/2,8 DG DN Art. Celui-ci se décline en montures E (Sony) et L (Panasonic, Leica et Sigma). Si elle était déjà composée de plusieurs focales fixes, la gamme DG DN pour Cet article Sigma 24-70 mm f/2,8 DG DN Art : un nouveau zoom pour hybrides 24×36 est apparu en premier sur Lense.

  • Bon plan : le compact expert Sony RX100 Mark IV à seulement 549€
    par Damien Roué le 12 novembre 2019 à 12:54

    Dans le cadre des Day'couvertes d'Amazon, le compact expert Sony RX100 Mark IV est en promotion à 549€ au lieu de 625€ habituellement. À ce prix, si vous avez besoin d’un petit appareil photo compact qui a tout d’un grand, foncez !© 2019 Phototrend.fr - Bon plan : le compact expert Sony RX100 Mark IV à seulement 549€

  • Bon plan sur deux cartes mémoires SD UHS-I et UHS-II Lexar Pro 32 et 128 Go
    par Damien Roué le 12 novembre 2019 à 10:34

    Amazon a lancé une série de ventes flash dans le cadre de ses Day’couvertes, un événement européen avec de nombreuses bonnes affaires. En photo, peu de choses, mais nous avons tout de même trouvé deux offres intéressantes sur les cartes mémoires SD Lexar Professionnel.© 2019 Phototrend.fr - Bon plan sur deux cartes mémoires SD UHS-I et UHS-II Lexar Pro 32 et 128 Go

  • Leica SL2 : l’hybride plein format fait peau neuve et intègre un capteur stabilisé de 47...
    par Céline Nebor le 12 novembre 2019 à 08:25

    Leica présente son SL2. Successeur du premier boîtier plein format sans miroir SL de Leica sorti en 2015, le SL2 débarque avec de nouvelles fonctionnalités avancées, comme un capteur de 47 millions de pixels stabilisé sur cinq axes, un mode multishot pour une image à 187 Mpx, de nouvelles fonctionnalités de suivi AF, un nouveau viseur et une nouvelle interface utilisateur pour une meilleure prise en main ainsi que l'intégration de la vidéo 5K.© 2019 Phototrend.fr - Leica SL2 : l’hybride plein format fait peau neuve et intègre un capteur stabilisé de 47 Mpx

  • Canon IVY Rec : du financement participatif à la sortie officielle
    par Sandrine Dippa le 12 novembre 2019 à 07:35

    L'IVY Rec de Canon débarque le 18 novembre. La petite caméra clipsable avait fait l'objet d'une campagne de financement participatif en juillet dernier. En juillet dernier, Canon lançait sa première campagne de crowdfunding afin de financer la Canon IVY Rec, une caméra d'action clipsable et compacte destinée au grand public. L'action cam sera finalement commercialisée courant novembre (le 18 précisément). Lors de sa campagne, elle avait réussi à récolter 500 % de la somme initialement requise. L'IVY (...) - Matériel / Canon IVY Rec , Canon, caméra d'action, Action Cam

  • Découvrez le palmarès complet du nouveau Prix HiP 2019 des livres photographiques
    par Laurène Becquart le 11 novembre 2019 à 12:13

    Voici le palmarès complet des livres photographiques qui remportent le Prix HiP (Histoires Photographiques) 2019.© 2019 Phototrend.fr - Découvrez le palmarès complet du nouveau Prix HiP 2019 des livres photographiques

  • Sigma 24-70 mm f/2.8 DG DN Art, zoom trans-standard pour hybrides plein format en monture Sony...
    par Céline Nebor le 11 novembre 2019 à 11:23

    Sigma vient d'annoncer, le jour d'ouverture du Salon de la Photo à Paris, le développement d'un nouveau zoom trans-standard 24-70 mm f/2.8 DG DN en série ART pour hybrides plein format en monture Sony FE et L© 2019 Phototrend.fr - Sigma 24-70 mm f/2.8 DG DN Art, zoom trans-standard pour hybrides plein format en monture Sony FE et L

  • Tenba Skyline : extension de la gamme
    par LAURENT KATZ le 11 novembre 2019 à 08:20

    Chez Tenba, Skyline est une série de sacs d'épaule qui à l'heure du Salon de la Photo s'enrichit de six unités : deux étuis, deux sacs revolver, un messenger et un sac à dos. Une gamme dont chaque modèle, décliné en noir ou en gris chiné, est vendu à un prix abordable. C'est la carte du rapport qualité/prix qu'a jouée Tenba avec cette gamme. Prenons par exemple le Messenger 13 à 85 €. Il offre un design urbain et plaisant, avec une ouverture sur le dessus, sans avoir à solliciter le rabat muni de scratchs (...) - Matériel / Tenba, Sac photo, Skyline

  • Portes ouvertes d’Anvers aux Abbesses
    par David Lesage le 11 novembre 2019 à 08:00

    Pour ceux qui aiment mettre de la couleur dans leurs sorties parisiennes du week-end, voici une manifestation qui permet d'allier promenade urbaine et découverte d'artistes plasticiens. L’article Portes ouvertes d’Anvers aux Abbesses est apparu en premier sur Revue Photo.

  • Sunday Links
    par Damien Roué le 10 novembre 2019 à 08:42

    Chaque semaine, découvrez les liens que nous partageons avec vous dans les Sunday Links.© 2019 Phototrend.fr - Sunday Links

  • Adobe anticipe le Black Friday avec une offre Creative Cloud pour la Photo à 9,98€ / mois
    par Damien Roué le 10 novembre 2019 à 08:36

    Adobe fait son Black Friday en avance avec une offre à durée limitée sur la formule Creative Cloud pour la Photo à 9,98€ au lieu de 11,99€ / mois soit 16% de réduction.© 2019 Phototrend.fr - Adobe anticipe le Black Friday avec une offre Creative Cloud pour la Photo à 9,98€ / mois

  • Portrait de Lenser : Florine Verhellen
    par Costanza Spina le 9 novembre 2019 à 13:15

    Toutes les semaines Lense met en avant l’un de ses Lensers, les lecteurs passionnés de photographie qui ont partagé leurs images sur le site. Cette semaine, nous vous présentons Florine Verhellen (découvrez son profil de lenser). Pour participer, c’est par ici. (Photo d’ouverture : © Florine Verhellen) Florine Verhellen photographie au cours de promenades, de Cet article Portrait de Lenser : Florine Verhellen est apparu en premier sur Lense.

  • Les premières photographies de Martin Parr dans un livre
    par Costanza Spina le 9 novembre 2019 à 10:09

    Avec ce livre vous découvrirez les premiers pas de Martin Parr dans la photographie, une plongée inédite au coeur de l’univers de l’un des plus célèbres photographes britanniques de notre époque. (Photo d’ouverture : © Martin Parr / Magnum Photos) Pendant plus de quatre décennies Martin Parr a pris en photo la culture populaire et Cet article Les premières photographies de Martin Parr dans un livre est apparu en premier sur Lense.

  • [Vidéo] La chute du Mur de Berlin, racontée par Eric Bouvet
    par Laure Etienne le 8 novembre 2019 à 14:49

    Il y a trente ans, le mur qui séparait la ville allemande depuis 1961 s'effondrait.

  • ODR Canon hiver 2019 : jusqu’à 300 € remboursés
    par Florent Taillandier le 8 novembre 2019 à 14:25

    Canon propose une ODR pour l’hiver 2019 sur une sélection de matériel.Cette offre de remboursement valable jusqu’au 4 février 2019 permet d’économiser jusqu’à 300 €. Les offres de remboursement et de réductions immédiates des différentes marques photo sont une occasion idéale d’acheter à moindre prix du matériel neuf. L’offre proposée par Canon depuis le 2 Cet article ODR Canon hiver 2019 : jusqu’à 300 € remboursés est apparu en premier sur Lense.

  • Les gagnants des SIPA : un aperçu du monde contemporain en images
    par Costanza Spina le 8 novembre 2019 à 11:09

    Les Siena International Photography Awards ont dévoilé leur palmarès…et c’est magnifique ! A travers une sélection de photographies prises partout autour du globe, un aperçu émouvant du monde contemporain et de ses contradictions. (Photo d’ouverture : “Polar Bear Changing Careers” by Roie Galitz) Depuis cinq ans, les Siena International Photography Awards parcourent le monde contemporain Cet article Les gagnants des SIPA : un aperçu du monde contemporain en images est apparu en premier sur Lense.

  • Des packs “filmmakers” pour les Lumix S1, S1H, GH5 et GH5S
    par Florent Taillandier le 8 novembre 2019 à 09:30

    Les Lumix S1, S1H, GH5 et GH5S sont désormais proposés en pack pour les vidéastes via un partenariat avec Atomos et 8SiNN. Ces packs optimisés pour la réalisation vidéo seront disponibles dès ce mois de novembre 2019. Les Lumix S1, S1H, GH5 et GH5S sont des boîtiers hybrides de référence en vidéo. Les Lumix S1 Cet article Des packs “filmmakers” pour les Lumix S1, S1H, GH5 et GH5S est apparu en premier sur Lense.

  • Offre spéciale Tamron hiver 2019 : tous les objectifs G2 à 999 €
    par Paul Nicoue le 8 novembre 2019 à 09:12

    En guise d’offre hivernale, Tamron préfère cette année une promotion en magasin à une complexe offre de remboursement : tous les récents objectifs du constructeur estampillés « G2 » (pour « Génération 2 ») sont vendus au prix de 999 €. Après Fujifilm, Panasonic, Sony et Nikon, c’est donc au tour de Tamron de présenter Cet article Offre spéciale Tamron hiver 2019 : tous les objectifs G2 à 999 € est apparu en premier sur Lense.

  • Paris Photo 2019 : le Grand Palais en ébullition photographique
    par Pierre Bultez le 8 novembre 2019 à 09:02

    Incontournable dans le paysage de la photographie, la Foire internationale de photographie d’art Paris Photo a ouvert ses portes le 6 novembre dernier pour son édition annuelle. Phototrend revient en images sur le vernissage de cette foire étourdissante.© 2019 Phototrend.fr - Paris Photo 2019 : le Grand Palais en ébullition photographique

  • Le Prix Régnier 2019 pour la création décerné après 4 jours de lecture de portfolios
    par Jodie Wtulich le 8 novembre 2019 à 08:56

    Après 4 jours de lecture des portfolios , 111 photographes et 31 reviewers venus des quatre coins du monde, Fotofest a décerné le Prix Régnier 2019 ce lundi 4 novembre. Organisé par Fotofest, l'Agence VU' et le fonds Régnier pour la Création, ces journées de rencontres ont permis aux photographes de présenter leurs portfolios aux regards d'experts, dans la salle principale de la Galerie VU'.© 2019 Phototrend.fr - Le Prix Régnier 2019 pour la création décerné après 4 jours de lecture de portfolios

  • Fotofever 2019 : les femmes photographes et la scène artistique française à l’honneur
    par Jodie Wtulich le 8 novembre 2019 à 08:52

    Fotofever — le rendez-vous incontournable de la photographie contemporaine — revient pour sa 8ème édition du 08 au 10 novembre 2019 au Carrousel du Louvre. Première foire internationale dédiée à la Collection de photographie contemporaine, vous pourrez y découvrir la sélection des galeries et éditeurs : 250 artistes en provenance de 20 pays, ainsi qu'une sélection d'oeuvres à moins de 1000 euros.© 2019 Phototrend.fr - Fotofever 2019 : les femmes photographes et la scène artistique française à l’honneur

  • Interventions en photographie
    par David Lesage le 8 novembre 2019 à 08:00

    Depuis son invention, la photographie a fait l’objet de multiples interventions. Corrections nécessaires dès l’origine pour gommer les imperfections d’une technique naissante ou mise en couleurs des épreuves monochromes dans l’attente d’une capture directe des couleurs naturelles qui mettra presque un siècle à arriver. L’article Interventions en photographie est apparu en premier sur Revue Photo.

  • ON1 Photo Raw 2020 : prise en mains des nouveautés
    par LAURENT KATZ le 8 novembre 2019 à 07:38

    De tous les logiciels visant à concurrencer Adobe et le duo constitué par Lightroom et Photoshop, ON1 Photo Raw 2020 s'annonce comme l'un des plus prometteurs. Tant par l'étendue des évolutions de cette nouvelle version, que par l'ouverture vers la circulation des photos entre matériels sédentaires et nomades et l'introduction de l'intelligence artificielle. 111,99 €, voire 89,99 € pour une mise à jour depuis n'importe quel ancien logiciel ON1. Tels sont les prix de vente de l'édition perpétuelle du (...) - Matériel / Raw, Plug-in, OnOne Perfect Suite, ON1, ON1 Photo Raw

  • Mode d’emploi Nikon Z 6 et Nikon Z 7, par Philip Escartin
    par Jean-Christophe Dichant le 8 novembre 2019 à 06:00

    Les guides pratiques sur les hybrides Nikon Z n’ont jamais été aussi nombreux ! Philip Escartin, auteur de nombreux ouvrages... Cliquez ici pour lire la suite de l'article Mode d’emploi Nikon Z 6 et Nikon Z 7, par Philip Escartin et ici pour lire des articles similaires : Nikon Passion.

  • Canon EOS Ra : l’hybride 24×36 taillé pour l’astrophotographie
    par Paul Nicoue le 7 novembre 2019 à 11:59

    Attendu depuis maintenant plusieurs mois, l’EOS Ra a enfin été annoncé par Canon. Faux jumeau de l’EOS R, le nouveau boîtier en reprend la plupart des caractéristiques, mais pare son capteur de 30 Mpx d’un filtre anti-infrarouge optimisé pour l’astrophotographie. Si les appareils photo modifiés de manière à satisfaire les besoins des passionnés d’astrophotographie ne Cet article Canon EOS Ra : l’hybride 24×36 taillé pour l’astrophotographie est apparu en premier sur Lense.

  • Promos Nikon Hiver 2019 : jusqu’à 350 euros de remise sur reflex, hybrides et objectifs
    par Jean-Christophe Dichant le 7 novembre 2019 à 11:33

    Les promos Nikon Hiver 2019 arrivent à l’occasion du Salon de la Photo et jusqu’au 31 décembre 2019. Vous pouvez... Cliquez ici pour lire la suite de l'article Promos Nikon Hiver 2019 : jusqu’à 350 euros de remise sur reflex, hybrides et objectifs et ici pour lire des articles similaires : Nikon Passion.

  • ODR Tamron hiver 2019 : tous les objectifs zooms Tamron G2 à 999 euros
    par Jean-Christophe Dichant le 7 novembre 2019 à 10:46

    A l’occasion du Salon de la Photo 2019, Tamron annonce une ODR (Offre De Réduction) sur ses zooms G2 dont... Cliquez ici pour lire la suite de l'article ODR Tamron hiver 2019 : tous les objectifs zooms Tamron G2 à 999 euros et ici pour lire des articles similaires : Nikon Passion.

  • Xiaomi Mi Note 10 : 108 millions de pixels
    par Fred Delavie le 7 novembre 2019 à 08:00

    Est-ce bien raisonnable ? On est en droit de se poser la question après l’annonce surprenante de que Xiaomi vient de faire : son nouveau smartphone le Xiaomi Mi Note 10 est non seulement équipé de cinq capteurs photos, mais en plus, son capteur principal embarque 108 millions de pixels, soit la plus haute définition Cet article Xiaomi Mi Note 10 : 108 millions de pixels est apparu en premier sur Lense.

  • Studio Jiminy au Salon de la Photo : conférences, lives et vente flash !
    par Damien Roué le 7 novembre 2019 à 07:30

    Studio Jiminy est au Salon de la Photo pour animer des conférences et ateliers sur la photographie. Nouveauté, Studio Jiminy propose deux lives sur sa chaîne Youtube avec des photographes invités. Ne manquez pas la vente flash spéciale salon sur l'abonnement 1 an aux formations en ligne.© 2019 Phototrend.fr - Studio Jiminy au Salon de la Photo : conférences, lives et vente flash !

  • Tamron série G2 : offre salon
    par Sandrine Dippa le 7 novembre 2019 à 07:10

    À l'occasion du Salon de la Photo, qui s'ouvre aujourd'hui, Tamron lance une offre sur les zooms de la série G2. Sont notamment concernés les SP 15-30 mm f/2,8 et SP 24-70 mm f/2,8 Di VC USD. La Salon de la Photo débute auujourd'ui. Tout au long de l'événement se déroulant jusqu'au 11 novembre, il sera possible d'y rencontrer des acteurs du monde de la photo, dont les membres de la rédaction sur le stand D.2 D085. Pour l'occasion Tamron lance une offre de remboursement sur les zooms suivants : SP (...) - Matériel / Tamron

  • Offres spéciales Prophot au Salon de la Photo : jusqu’à -30% de réduction sur du...
    par Phototrend Media le 7 novembre 2019 à 07:03

    Pendant le Salon de la Photo de Paris, du 7 au 11 novembre 2019, le site Prophot ainsi que les magasins proposent jusqu’à -30% de réduction sur de nombreuses marques, de quoi s’équiper à moindre frais avant l’hiver.© 2019 Phototrend.fr - Offres spéciales Prophot au Salon de la Photo : jusqu’à -30% de réduction sur du matériel photo

  • Nisi Starter et Pro Kit : système porte-filtre pour Sony RX100 VI/VII et Ricoh GRIII
    par Damien Roué le 7 novembre 2019 à 07:03

    Nisi propose deux systèmes de porte filtres adaptés à deux compacts experts : les Sony RX100 VI et VII ainsi que le Ricoh GR III. L’occasion de se mettre à la pose longue et de tester de nouvelles possibilités créatives grâce aux filtres polarisants, à densité neutre et Natural Night.© 2019 Phototrend.fr - Nisi Starter et Pro Kit : système porte-filtre pour Sony RX100 VI/VII et Ricoh GRIII

  • ODR Tamron hiver 2019 : tous les objectifs de la gamme G2 à 999€
    par Damien Roué le 7 novembre 2019 à 07:02

    Dans le cadre du Salon de la Photo, Tamron propose une offre irrésistible sur sa gamme d’objectifs G2 allant de 15 à 600mm en proposant chacun des objectifs à 999€, soit une réduction immédiate pouvant aller jusqu’à 300€.© 2019 Phototrend.fr - ODR Tamron hiver 2019 : tous les objectifs de la gamme G2 à 999€

  • Le cap de l’espérance
    par Elisa Mignot le 7 novembre 2019 à 06:00

    L’éditorial d’Alain Genestar dans Polka#48.

  • Inside Japan avec Roberto Badin – La Photographie Aujourd’hui #3
    par Pascale Sadoul le 6 novembre 2019 à 17:00

    Nouvelle conversation, cette fois-ci avec Roberto Badin. Vous vous souvenez peut-être de son livre Inside Japan (dont je vous avais parlé dans une vidéo il y a quelque temps) qui est un de mes coups de cœur de cette année. [accordions] [accordion title="Cliquez ici pour afficher/masquer la transcription complète" headingtype="p"] Bonjour à tous, ici Laurent Breillat pour Apprendre la Photo. Bienvenue dans cette nouvelle vidéo dans laquelle je vais avoir une conversation avec Roberto Badin. Vous vous souvenez peut-être de son livre Inside Japan, dont je vous avais parlé dans une vidéo il y a quelque temps, parce que c’était un de mes coups de cœur de cette année. Et, chance, Roberto a exposé à la librairie Place Ronde à Lille, qui est littéralement à 10 minutes de chez moi à pied, et j’ai donc pu rajouter un nouvel épisode à cette série La Photo Aujourd’hui, pour parler de son projet avec lui. Donc on va voir ensemble : quel est son parcours ; comment lui est venue l’idée de ce projet ; comment s’est passée la prise de vue concrètement ; ce qu’il pense de la composition – parce que c’est pour moi un des gros aspects du livre, c’est vraiment ce qui m’a beaucoup plu là-dedans, la manière dont il compose ses photos ; et puis également le travail d’édition, pour arriver au projet final ; et puis le livre photo. Voilà, on se retrouve tout de suite avec lui ! Le parcours Laurent : Roberto, merci pour cette conversation. Est-ce que, pour commencer, tu peux un petit peu te présenter et nous parler de ton parcours, pour ceux qui ne te connaissent pas. Roberto : Je suis arrivé en France dans la fin des années 80, début 90. J'ai travaillé en tant que photographe de mode pendant pas mal de temps. Et après je me suis intéressé de plus en plus à la nature morte, parce que les images sont un peu plus intemporelles. Je fais des photos depuis… je suis professionnel depuis 91. Et je suis ravi de vivre et de travailler en France. Laurent : OK. Tu disais que tu faisais de la nature morte, j’imagine que tu travailles pour des clients qui… Roberto : Oui, je travaille, même aujourd’hui, je travaille pour des clients, la plupart du temps, ils peuvent être soit dans le luxe, dans la mode, soit dans la publicité. C’est ce que je fais le plus, dans la partie commerciale, et je développe des projets personnels comme celui dont on parle aujourd’hui. La naissance du projet Laurent : Justement, j’allais embrayer là-dessus parce que si je souhaitais t’interviewer aujourd’hui, c’est parce que j’ai découvert ton livre Inside Japan à Arles, et j’ai beaucoup aimé, et là, on est justement à la libraire Place Ronde – d’ailleurs, merci de nous accueillir – où quelques-unes de tes photos sont exposées. Du coup, j’aimerais savoir un peu comment tu en es arrivé à ce projet, comment il est né ? Roberto : Alors, j’ai une passion pour le Japon depuis mon plus jeune âge. J’habitais au Brésil dans les années 70, on est encore avec la télé en noir et blanc, etc. Et toutes mes références, les dessins animés, toutes les séries télévisées, étaient japonaises ; j’ai fait du karaté pendant une époque de mon adolescence, donc j’ai toujours eu une passion pour le Japon. Et j’ai toujours dit qu’un jour j’irai au Japon. Comme j’ai fait pas mal de voyages pour le boulot, et dès que j’avais un peu de temps pour les vacances, j’allais au Brésil, le Japon se repoussait. Et un jour, ma femme m’a offert le voyage, comme un voyage d’anniversaire, et tout est un peu parti de là. C’est un projet qui, à la base, n’était pas un projet. Je ne suis pas parti au Japon pour faire un livre, je suis parti parce que j’aime le Japon ; parce que je prends des photos tout le temps, que ce soit du Japon ou autre.Et c’est en revenant du premier voyage que je rencontre un éditeur qui veut publier un livre. Et je lui dis : il vaut mieux attendre parce que je vais y retourner pour mieux faire. J’avais envie, et tout est parti de là. Laurent : Donc, tu as rencontré Benjamin Blanck… Robert : L’éditeur du livre, oui. Laurent : … l’éditeur du livre, et comment ça s’est passé, donc ? Il a vu tes photos du Japon ? Roberto : Il a vu d’abord mes premières photos, on a pris plusieurs rendez-vous. Il avait vraiment envie de publier le livre rien qu’avec la première partie du voyage – à ce moment-là je n’en avais fait qu’un –, et c’est moi qui avais des endroits au Japon que je tenais à voir et que je n’avais pas eu le temps de voir en 2016, donc j’avais déjà pensé à y retourner.Et il a su attendre – parce que le deuxième voyage n’a été que deux ans après, au mois d’avril 2018 – que je retourne dans les endroits que j’avais envie de visiter. Laurent : J’ai envie de revenir sur le côté prise de vue, c’est-à-dire quand tu étais sur place concrètement. Tu dis qu’à la base tu n’étais pas venu pour faire un livre, donc j’imagine que tu as plus pris ton appareil photo parce que tu es photographe et que quand on voyage on ne peut pas s’empêcher de le faire. Est-ce qu’il y a, à un moment, un peu un fil rouge qui est apparu tout seul ? Comment c’est venu l’ensemble du projet ? Roberto : Il y a deux choses. La première, c’est que ce que j’ai fait pour le Japon, je le fais d’une manière générale, comme tu le dis, je me balade avec mon appareil. Quand je voyage, d’une manière générale, que ce soit au Japon ou à un autre endroit, je prépare un tout petit peu les endroits que j’ai envie de voir. Souvent, le fil conducteur, c’est l’architecture. Parce que j’adore l’architecture, c’est elle qui m’inspire énormément. J’aime voir…, je trouve que dans l’architecture d’une ville, on peut apprendre, comprendre un petit peu le parcours de cette ville. Presque comme un personnage. Donc il y a des choses que j’ai envie de voir, et il y a aussi cette manière de se balader comme nous le faisons tous, et de se perdre un peu dans la ville. Ce qui est intéressant, je pense, c’est que je n’amène pas un pied photo, je n’amène pas de flash ; j’aime bien travailler avec ce que je vois, et c’est plus une histoire de cadrage, de s’effacer, d’être en observation, sur chaque image, en fait. Laurent : OK. Et à la prise de vue, tu vois quelque chose qui t’attire visuellement et tu attends un peu que quelque chose se passe ? Roberto : Oui, souvent, je fais le cadre. Bon, ça peut être très vite, il y a des images, dans le livre, il n’y en a qu’une parce que comme je travaille avec un reflex, le miroir se lève et fait un peu de bruit. J’avais essayé de travailler sans le miroir, mais c’est moins moi, c’est moins mon outil. Donc, c’est pas grave, je joue avec, donc il y a des fois où la prise de vue va se passer très très rapidement. Et il y en a d’autres où je veux poser la caméra, dans ma tête, enfin parfois je ne le tiens pas physiquement, j’essaie le cadrage, et j’attends qu’un personnage arrive ou que quelque chose se passe. Parce que je trouve que parfois, dans l’image, si on a un personnage, ça donne toute une narration à l’image. Il y a aussi un rapport d’échelle, on se comprend mieux, dedans. Laurent : Oui, bien sûr. Tu parlais juste avant de préparer un peu ton voyage, et j’aimerais savoir quelle est la part de « préparation » dans l’image, et de hasard. Parce que j’imagine qu’il y a des lieux que tu repères avant, mais en arrivant sur place, finalement, photographiquement c’est moins bien, et inversement des trucs que tu découvres. Roberto : Bien sûr. Ici, derrière nous, il y a deux exemples très parlants de deux façons de travailler. La photo avec les chaises, là derrière, ça, c’est un endroit que je n’avais pas du tout prévu de voir. Je me baladais avec ma femme, on cherchait un café, et Google donnait un coffee shop. Du coup on est allés voir l’endroit, et finalement, c’était pas du tout une cafétéria, c’était un temple, un endroit différent. Parfois, comme c’est le cas de cette autre photo, qui est la couverture du livre, je savais qu’il y avait une œuvre de James Turrell dans ce musée à Kanazawa, et il se trouve que quand je suis arrivé, il y avait son puits de lumière, et j’ai trouvé que c’était intéressant de faire avec un personnage. La difficulté dans cette image, en l’occurrence, c’est qu’il y a un endroit noir de monde, et il a fallu quand même attendre beaucoup de temps jusqu’à ce que j’aie un seul personnage. Elle ne pose pas pour moi dans cette image, elle pose pour des gens qui sont off cadre, hors du cadre, mais ça a donné quand même la même impression. Donc, il y a de la spontanéité, certes, et il y a de la patience. Et parfois, pour finaliser, quand je trouve que j’attends trop longtemps, c’est que la photo n’était pas faite pour moi et je passe à autre chose. Laurent : OK. Ce qui m’a beaucoup marqué dans ton livre – parce que, à la base, je l’ai découvert à Arles dans la grande salle où il y avait, je ne sais pas, 200 livres, donc tu les prends un peu au hasard, et forcément c’est la couverture qui attire, donc cette photo –, et ce qu’on retrouve, pour moi, dans tout le livre, c’est que tu as un sens de la composition qui est très précis, tu vois. Il y a toujours des lignes qui sont…, on voit que ce n’est pas laissé au hasard du tout, et que ton cadre tu le fais de manière très consciente, et c’est vraiment ce qui m’a marqué dans le bouquin. Donc j’aimerais un peu revenir là-dessus. Déjà, toi, dans ta tête, comment ça se passe à la prise de vue en termes de composition ? Qu’est-ce qui te guide ? Et ensuite, d’où est-ce que tu penses que ça vient, et comment c’est venu dans ta photographie, dans ta manière de photographier ? Roberto : Moi, je pense que, déjà, quand je suis sur une prise de vue, et d’une façon générale, comme je le disais tout à l’heure, c’est l’architecture qui me fascine. Plus qu’autre chose. Mes références sont aussi dans certains réalisateurs, certains chefs opérateurs, qui arrivent à apporter une énorme narration avec très peu de choses. J’aime ça. Pour ce qui concerne la prise de vue en direct, c’est très difficile pour moi de t’expliquer comment je le fais, parce que je le fais d’une façon extrêmement spontanée. Parfois, la photo, comme je l’ai expliqué à l’instant, il y a des photos qui se passent super vite et je ne peux pas trop expliquer pourquoi je mets le personnage petit par rapport à ce volume. C’est quelque chose qui, effectivement, vient dans l’historique de chacun et qui fait qu’au final on a cette façon de photographier. La méthode que je crois je t’ai déjà racontée, et peut-être que ça peut intéresser ici, c’est que quand je suis arrivé en France, à l’époque c’était encore de l’argentique, ça coûtait particulièrement cher de produire des images – aujourd’hui on est en numérique, on fait une photo, on efface et on passe à autre chose. À l’époque, les diapos – parce que je travaillais souvent en diapos –, il fallait acheter le film, etc., et je n’avais pas les moyens à l’époque.Donc je me baladais beaucoup avec un petit cadre de diapo où je faisais des photos imaginaires. Et mine de rien, certainement, ça, ça contribue à éduquer le regard. Laurent : Bien sûr. Je trouve que, souvent, il y a un certain côté minimaliste dans ta composition, tu vois, ça reste relativement épuré. Et sur cette photo-ci, tu vois, il y a un personnage, un décor, une lumière particulière qui va finalement donner des formes assez géométriques à tout ça. Est-ce que tu penses qu’il y a aussi une influence sur ton travail commercial, là-dessus ? Roberto : C’est un tout. C’est vraiment un tout. On est ce qu’on est, je ne fais pas des photos commerciales parce que, évidemment, je respecte une commande et j’essaie toujours de la rendre le mieux possible, ou d’apporter un regard sur un travail de commande. Mais je suis ce que je suis, donc je ne vais pas faire des photos pour les commandes d’une façon, et perso de l’autre. C’est plus une question de sujet. Je pense que c’est ça qui compte, en fait. Le travail d'édition Laurent : Alors, dans chaque conversation de cette série, j’essaie souvent de parler d’édition, parce que pas grand-monde parle d’édition et pourtant c’est une partie hyper importante du processus photographique, parce qu’on ne peut pas juste balancer les 1 500 photos qu’on a pu faire. Est-ce que tu peux un peu nous parler de comment s’est faite l’édition pour ce livre ? En plus, là, comme il y a un éditeur, forcément, en général, il y a quelque chose qui se fait avec l’éditeur. Est-ce que tu peux un peu en parler ? Roberto : Moi, j’ai beaucoup de chance, parce que Benjamin Blanck a été très ouvert. On a discuté, il a apporté son regard de mettre parfois des vis-à-vis.J’ai fait une première sélection de ce qui me plaisait, un peu large. Dans cette sélection, il a vu ce qui faisait un bon chemin pour le livre. C’est lui qui a construit un peu la narration du livre. Et franchement, ça a été très fluide, même le fait qu’on a décidé tous les deux presque au même moment que le livre devrait être traduit en français, anglais et japonais. C’est quelque chose qui est venu spontanément, presque comme les photos.Il n’y a pas eu de photos que lui voulait et moi je ne voulais pas. Etc. Mais j’ai préféré d’abord donner un large choix, et dans ce choix, il a réussi à construire… À la fin, on a dit : qu’est-ce que tu penses de ça ? Mais c’était vraiment un travail très cohérent et très harmonieux. Laurent : Et qu’est-ce qui a guidé la sélection d’images et même le côté narratif ? Alors, je pose la question aussi, parce que c’est prévu qu’on en parle, mais de ton côté, toi, quand tu as donné les images initiales, qu’est-ce qui t’a guidé – à part le fait, évidemment, les bonnes images plutôt que les autres ? Est-ce qu’il y a quelque chose de plus qui t’a guidé ? Roberto : Je pense que c’est l’émotion, comme souvent dans mon travail. Ce qui ne m’intéresse pas forcément, c’est si la photo est particulièrement mieux techniquement ou pas, parce que comme je l’ai évoqué, je crois, comme je ne travaille pas avec le pied, des fois j’ai augmenté beaucoup la sensibilité, évidemment ça part en grain, ça part en bruit, ce n’est pas ce qui me préoccupait.Le fil conducteur, c’est l’émotion qui passe dans l’image. Si je suis content et si elle me parle, je pense qu’elle peut parler au plus grand nombre. Laurent : Est-ce que – c’est une question que je n’avais pas prévue, mais ça me vient maintenant en tête –, est-ce qu’il y a une image du livre dont tu aurais envie de raconter l’histoire, comment elle s’est faite ? Roberto : Oui, alors, il y en a une qui me plaît particulièrement, enfin toutes me plaisent, mais une qui me plaît particulièrement, c’est une photo qui a été faite très très tôt, quand j’attendais le train, le Shinkansen pour aller à Naoshima. Je suis à Osaka, je suis à la gare, et j’attends le train qui va démarrer, il est à peu près 5 heures du matin, et je vois par la fenêtre de la gare les taxis. Et je vois un taxi sortir, et je suis loin, mais j’ai senti qu’il allait s’allumer une cigarette. Et le fait que j’aie pris des photos où la fumée prend la forme – on peut la voir, peut-être pas très bien dans le livre, mais quand on fait un grand tirage, c’est très très bien. Pourquoi je l’aime ? Parce qu’elle m’évoque des films comme ceux de Tarantino, elle a une narration, j’ai fait exprès de laisser les bords de la fenêtre pour garder ce côté voyeur. Je ne sais pas, j’ai une tendresse particulière pour cette photo. Laurent : C’est vrai que ça fait partie des photos où on sent tes influences, tu parlais tout à l’heure des directeurs de la photo qui t’influencent beaucoup, et on sent aussi qu’il y a une influence de la vision photographique dans ton travail. C’est intéressant, mixé avec le côté minimaliste et géométrique, presque, de la vision architecturale. Je trouve que les deux ensemble… Roberto : Oui, et dans ce cas particulier, ce qui me plaît des fois, c’est ce côté un peu excitant, d’adrénaline, qui va très vite. C’est-à-dire que si je rate la photo, pour x raisons, alors que je n’aime pas du tout travailler en automatique, il faut que ça aille très très vite parce que l’image est là. Comme un photographe de mode, parfois, qui est à un moment précis et l’image d’après est moins bonne. Donc c’est ça qui est excitant parfois quand on travaille dans la rue. Laurent : Donc, là, c’était, si je ne m’abuse, ton premier projet personnel qui a donné lieu à un livre. Est-ce que ça t’a donné envie de continuer ? Roberto : Bien sûr. Mais je n’ai pas non plus la boulimie de vouloir faire des livres pour faire des livres. Moi, j’ai déjà eu des expositions, ou des projets personnels. Le premier livre est là. Évidemment, c’est particulièrement agréable de voir que les gens sont sensibles à ça, et je pense déjà à d’autres projets, absolument. Le conseil Laurent : Alors, sur Apprendre la Photo, comme son nom l’indique, c’est vraiment destiné à des gens qui sont en train d’apprendre la photo, et, du coup, ma dernière question, c’est toujours, c’est une question un peu générale : est-ce que tu aurais un conseil pour mes abonnés ? Mais c’est plus : toi, est-ce qu’il y a quelque chose qui peut-être t’a particulièrement fait avancer dans ta pratique photo ? Quelque chose sur quoi tu penses que les gens devraient peut-être faire plus attention, ou… ? Roberto : Eh bien, moi, je pense que, déjà j’ai appris beaucoup en faisant. Plus on fait, un jour ça va s’améliorer. C’est comme un danseur, il faut pratiquer. C’est comme un sport de haut niveau, presque, il faut continuer, il ne faut jamais s’arrêter. Ça, c’est un premier élément. Le deuxième élément, c’est que je pense qu’on se regarde trop les uns les autres. Avec Instagram… J’ai l’impression qu’aujourd’hui il y a moins de différence entre les photographes, les jeunes photographes, la nouvelle génération qu’il y avait à mon époque. Pour la simple raison que, comme j’ai dit, tout le monde trouve joli un certain type de photos, et au final tout le monde commence à faire la même chose – que ce soit dans la mode, que ce soit les landscapes, dans tous les milieux. Et c’est ça ; je pense que moi j’ai mes inspirations, à l’époque, j’allais dans les librairies, j’allais dans les salles de cinéma, c’était varié. Je continue à faire ça, je regarde aussi Instagram, c’est pas la question, mais je pense qu’on devrait être plus soucieux d’avoir plus de diversité. Et dans la diversité, à un moment donné, on va se retrouver à faire ce que… à être dedans, quoi. Les photographes inspirants Laurent : D’ailleurs, je rebondis sur l’inspiration, tu as parlé tout à l’heure de tes inspirations architecturales et cinématographiques, mais est-ce qu’il y a des photographes qui ont quand même marqué ta vision ? Roberto : Oui, bien sûr. Mais s’il y a des photographes qui ont marqué et qu’après j’avais un peu moins envie, il y a ceux qui, d’une façon générale, gardent… Je pense à Harry Callahan, par exemple, qui malgré le fait qu’il fasse énormément de noir et blanc, c’est très fin ; je pense à Ray Metzker qui aussi, encore une fois en noir et blanc, moi je n’en fais pas beaucoup, mais ça m’a beaucoup inspiré ; et Harry Gruyaert, dont on parle beaucoup maintenant, mais les gens en parlent depuis 5 ou 10 ans, peut-être, mais qui fait des photos depuis les années 70 : Stephen Shore ; William Eggleston. Tous ces gens-là sont des gens qui m’ont toujours influencé, qui ont de la narration dans leurs photos. Laurent : Eh bien, Roberto, merci beaucoup pour cette discussion. C’était intéressant, je pense que les gens auront appris beaucoup de choses. Je mets le lien en dessous dans la description vers ton livre. Je crois qu’il est épuisé, ou presque ? Roberto : Non, il est à la fin de la première édition, et il y a le ashtag qui est #insidejapan_project où je rassemble tout ce qui est en rapport avec ça. Laurent : Je mettrai le lien en dessous aussi. Est-ce qu’il y a d’autres expos à venir ou on ne peut peut-être pas trop en parler ? Roberto : Oui. Après Place Ronde, il y a des choses qui vont se faire. On commence à avoir un calendrier pour le début de l’année prochaine. Oui, ça continue. Laurent : Ça marche. Je vous préviendrai sur Instagram, parce qu’évidemment, au moment où la vidéo sortira, on ne le saura pas encore. Merci à toi. Roberto : Merci à toi. Laurent : Si vous avez aimé cette vidéo, pensez à mettre un pouce bleu et à la partager avec vos amis, parce que c’est super important pour que ce genre de format un peu plus long monte sur YouTube, sinon ce n’est pas forcément évident. Si vous découvrez la chaîne avec cette vidéo, pensez à vous abonner et à cliquer sur la cloche pour ne pas rater les prochaines interviews, parce qu’il y en a d’autres qui arrivent, notamment avec Benjamin qui est ton éditeur, ça pourra être intéressant d’avoir le point de vue d’un éditeur plutôt qu’un photographe pour une fois. Voilà, merci d’avoir regardé cette vidéo. Je vous dis à plus dans la prochaine, et d’ici là à bientôt, et bonnes photos ! ► Le site de Roberto Badin : http://www.robertobadin.com/ ► Le site de l'éditeur : https://benjaminblanck.com/ ► La librairie Place Ronde (où vous pouvez acheter le livre) : https://place-ronde-librairie-bb.business.site/ ► Le livre sur Amazon : https://amzn.to/2PIQd2U [/accordion] [/accordions] L’article Inside Japan avec Roberto Badin – La Photographie Aujourd’hui #3 est apparu en premier sur Apprendre la photo, le blog photo.

  • Leica SL2 : prise en main
    par SEPULCHRE Jean-Marie le 6 novembre 2019 à 14:02

    Le lancement du Leica SL en octobre 2015 montrait que la vénérable marque de Wetzlar, réputée pour son conservatisme, pouvait offrir un appareil à viseur électronique à la pointe du progrès, voire très avancé en définition de visée et capacités vidéo par rapport à la concurrence de l'époque. Quatre ans plus tard, alors que la haute définition est de mise en 24 x 36 et presque toutes les marques lancent des « sans miroir », le SL2 est plus qu'une très belle mise à jour. Présentation L'alliance (...) - Matériel / Leica, Leica SL2, Hybride, plein format

  • Sigma 24-70 mm f/2,8 DG DN Art : en développement
    par Benjamin Favier le 6 novembre 2019 à 09:31

    Après le 14-24 mm f/2,8 DG DN Art, Sigma lève le voile sur un autre zoom en montures Leica L et Sony FE. Présentation Il s'agit d'une déclinaison du zoom transstandard 24-70 mm f/2,8 de la série Art. Mais contrairement au modèle existant, prévu pour les montures Canon EF, Nikon F et Sigma, l'objectif annoncé aujourd'hui ne possède pas de stabilisation optique (OS) : la majorité des hybrides adoptant la monture L sont dotés d'un système de stabilisation sur cinq axes… mais pas le FP, hybride 24 x 36 en (...) - Matériel / optique, Sigma, Sigma 24-70 mm f/2,8 DG DN Art

  • in)(between record vol. 43 The Basement Prints
    par David Lesage le 6 novembre 2019 à 08:00

    in)(between record vol. 43 (exposition groupée) fait partie de notre soirée habituelle "Japanese) (Night - Book night" organisée chaque novembre pendant le week-end de Paris Photo. L’article in)(between record vol. 43 The Basement Prints est apparu en premier sur Revue Photo.

  • Mugler “D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été photographe”
    par Elisa Mignot le 6 novembre 2019 à 06:00

    Extraits d'une rencontre à retrouver dans son intégralité dans Polka#48.

  • Lumix S 70-200 mm f/2,8 Pro OIS : suite logique
    par Benjamin Favier le 6 novembre 2019 à 06:00

    Voici le second 70-200 mm Lumix S en monture L. Après une version à f/4, voici un modèle à f/2,8, qui vient compléter le Lumix S 24-70 mm Pro. Présentation La gamme Lumix S en monture L, couvrant le 24 x 36, continue de croître. Pendant que Leica et Sigma avancent aussi leurs pions, pour satisfaire les besoins des utilisateurs de SL, S1 ou FP, boîtiers hybrides qui adoptent tous la monture de 51,6 mm de diamètre, avec un tirage mécanique de 20 mm. De son côté, Panasonic met l'accent sur les zooms. (...) - Matériel / optique, Panasonic, Lumix S 70-200 mm f/2,8 Pro OIS , optique

  • Lumix S 16-35 mm f/4 Pro : priorité à la légèreté
    par Benjamin Favier le 6 novembre 2019 à 06:00

    Ce zoom grand-angle investit la gamme Lumix S en monture L, dans la catégorie Pro. S'il offre un poids contenu, nous regrettons qu'il ne soit pas stabilisé. Présentation Il y a deux manières d'accueillir cette annonce. D'un côté, il faut souligner le vide enfin comblé dans la gamme Lumix S. De l'autre, la concurrence féroce sur ce segment en monture L ; d'autant plus que nous attendions un zoom OIS avec une ouverture constante à f/4 ; tant le système Dual IS 2 (double stabilisation mécanique et (...) - Matériel / optique, Panasonic, plein format, Lumix S 16-35 mm f/4 Pro

  • Lumix G et S : quatre kits pour vidéastes et une salve de mises à jour
    par Sandrine Dippa le 6 novembre 2019 à 05:59

    Les Lumix plein format S1 et S1R ainsi que les modèles Micro 4/3 Lumix GH5 et GH5S seront bientôt proposés en kit à l'attention des vidéastes. Avec le G9, ils bénéficient en prime d'une mise à jour majeure de leurs firmwares respectifs. Lumix s'associe à Atomos et au fabricant de cages polonais 8SiNN afin de proposer des kits clé en main destinés aux vidéastes utilisant les boîtiers GH5, GH5S, S1 et S1H. Le premier comporte — en plus du GH5 – un moniteur Shinobi tactile de 5'' et ses deux batteries ; un (...) - Matériel / Lumix

  • Canon EOS R : astronomie et stabilisation en vue…
    par Benjamin Favier le 6 novembre 2019 à 05:01

    Pas d'annonce concrète pour l'instant. Canon nous a juste confié quelques axes de réflexion autour du prochain boîtier hybride EOS expert, en monture RF… et dévoile, dans le même temps, un hybride dédié à l'astrophotographie. Nous nous en doutions un peu. Pour concurrencer l'A9 II, en vue des Jeux olympiques de Tokyo, l'an prochain, Canon adopte une stratégie similaire à celle de Nikon. Ce n'est donc pas un hybride pro, mais un reflex, qui est en cours de développement. Le 1D X Mark III succèdera donc au 1D (...) - Matériel / Canon, Canon EOS R, Canon EOS RP, stabilisation